From Beijing to Beirut

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 11 octobre 2007


Ola boys and girls,

I have been in Beirut for the past two weeks, enjoying the company of my wonderful lebanese family. I took a bus from Damascus, got hit by the baseball bat-like humidity when I stepped out of the said bus, and have not done much since, apart from eating unhealthy amounts of gorgeous lebanese food. Let's say that I enjoy the stability, permanence, and predictability that have been otherwise noticeably lacking during my trip.
Je suis a Beyrouth depuis deux semaines, ou je profite de la compagnie de ma merveilleuse famille libanaise. J'ai pris un bus de Damas, ai accuse le coup de la chaleur humide et brutale de Beyrouth en sortant dudit bus, et n'ai pas fait grand chose depuis a part manger des quantites malsaines de l'excellente cuisine libanaise. Disons que j'apprecie la stabilite et le sentiment de permanence qui ont ete notablement absents durant mon voyage.

Beirut itself is a very strange city, halfway between the east and the west, and beirutis routinely sprinkle their arabic with words or sometimes entire sentences in french and/or english. Apparently, a very common greeting is "Hi, keefak, ca va?" (keefak is lebanese arabic for how are you, ca va (pronounced "sah vah") is the same in french) in which all three languages are mixed. Of course, in spite of this apparent melting pot, deep divides still run through lebanese society, mostly between the various confessions (christians, sunni muslims, chiite muslims, druzes). Linguistically, the christians will tend to speak arabic/french, while the muslims will speak arabic/english.
Central Beirut is extremely modern, and while the remains of the war can still be seen everywhere, the city has undergone a spectacular transformation since my last visit in 1998, and giant glass buildings as well as ottoman-inspired architecture have sprouted all around. All in all, Beirut is a city of contrast, and as such, a photographer's paradise. So, why no pictures in this post?
Beyrouth elle-meme est une ville particulierement etrange, a mi chemin entre l'est et l'ouest, et les Beyrouthis saupoudrent leur arabe de mot voire de phrases entieres en francais et/ou en anglais. Apparemment, une phrase de salutation tres courante est "Hi, kiifak, ca va?" (kiifak etant comment ca va en arabe libanais) dans laquelle on retrouve parfaitement bien ce melange. En depit des apparences, la societe libanaises reste tres divisee, essentiellement sur des questions religieuses (chretiens, musulmans sunnites et chiites, druzes). Linguistiquement, les chretiens vont plutot parler un melange de francais et d'arabe, les musulmans un melange d'anglais et d'arabe.
Le centre de Beyrouth est extremement moderne, et si l'on peut voir les restes de la guerre un peu partout, la ville s'est transformee depuis ma derniere visite en 98 : tours en verre et autre architecture facon empire ottoman ont pousse un peu partout. Au final, Beyrouth est une ville de contrastes, et du coup un paradis pour photographe. Pourquoi pas de photos dans ce post?

Essentially, the political situation is as tense as ever, with the various parties involved refusing to talk to each other and unable to find a consensus : pro-syrians, anti-syrians, Hariri supporters, Hariri haters, religion-based parties (and they of course overlap, form alliances, etc.), you name it. Apparently, they are all busy right now arming and training their own militia, and some fear that fighting may erupt at any time. Besides, in the past two(?) years, 6 MPs have been killed by carbombs - all from the anti-syrian side- , resulting in tight security all around Beirut. Cars are not allowed to park in many places, the lebanese army is everywhere as well as a slew of private security contractors, and MPs are now staying all together in the same hotel.
What does it have to do with pictures? Well, a man walking alone with a large camera in a country with no tourists seems suspicious. I tried to take two pictures, to be told twice that it was forbidden, and the third time, a soldier beckoned towards me and told me that it was forbidden to take pictures before I had done anything. He also looked went through the pictures I had already taken. Pissed off, I went home and decided against doing anything : having a full passport and a camera in super cautious Lebanon is not a good idea. In a nutshell, the prevalent feeling throughout the city is paranoia.
Essentiellement a cause de la situation politique, qui est extremement tendue. Les divers partis impliques refusent de se parler et sont incapables de se mettre d'accord : pro-syriens, anti-syriens, pro et anti-hariri, partis religieux, qui naturellement se melangent et/ou forment des alliances, tout est disponible. Il semblerait qu'ils soient tous tres occupes en ce moment a armer et entrainer leurs milices respectives, et certains craignent que les combats ne reprennent. Par ailleurs, sur les deux (?) dernieres annees, 6 deputes -tous anti-syriens- ont ete assassines dans des attentats a la voiture piegee, et la securite est elevee (????). Les voitures n'ont pas le droit de se garer, l'armee libanaise est partout, tout comme des armees de vigiles, et les deputes sont tous loges dans le meme hotel.
Ou est le rapport avec des photos? Eh bien, un homme qui marche seul avec un gros appareil photo dans un pays ou il n'y a pas de touristes a l'air louche. J'ai essaye de faire deux photos, pour entendre deux fois que c'etait interdit, et la troisieme fois, un soldat m'a fait signe, et m'a dit que je n'avais pas le droit sans que j'ai fait quoi que ce soit, avant de regarder ce que j'avais dans mon appareil. Enerve, je suis rentre a la maison et j'ai decide de ne plus essayer : un passeport plein et un gros appareil dans un liban tres prudent n'est pas forcement une bonne idee. Pour faire court, l'ambiance est a la paranoia.

One of the best sides of Lebanon is of course its world-class cuisine : rich, unbelievably varied, tasty, from superb appetizers to lush sweets, it will never disappoint you. Since this is Ramadan time, we start eating at 6.30, and are supposed to eat throughout the evening till 4 in the morning. I'm afraid I can't cope with so much food though, which quite understandably disappoints my family who had welcomed me with a very self-explanatory "Hi David! Welcome! You look thin! You must eat!".
A cote de ca, un des meilleurs cotes du Liban reste sa cuisine mondialement connue : riche et variee, fort gouteuse, des mezzehs aux patisseries, c'est parfait. Vu que c'est le mois de Ramadan, on commence a manger a 18.30 et on est cense manger jusqu'a 4h du matin. Moi, je ne peux pas, ce qui semble a juste titre decevoir ma famille, qui m'a accueilli d'un tres clair "Bonjour David! Bienvenue! Tu as l'air maigre! Il faut que tu manges!".

Aside from the city itself, Beirut also means the end of the road for me. In four days, I will be back home, after a year long journey that has taken me from China to Lebanon, across south-east asia, the mayhem-esque subcontinent, and the incredibly welcoming middle east. Do I regret having spent a year of my life travelling? Certainly not. I would do it again, and I heartily recommend it.
En dehors de la ville elle-meme, Beyrouth c'est aussi la fin du voyage. Dans quatre jours je serai de retour a la maison, apres une annee passee a travers l'Asie, de la Chine au Liban, via l'Asie du sud-est, le foutoiresque sous-continent et l'accueillant moyen-orient. Est-ce que je regrette avoir passe une annee de ma vie a voyager? Certainement pas. Je le referais, et je recommande.

So, it is now time for me to end this blog. Heartfelt thanks to all my readers, the ones I know as well as the ones I don't know, for following my journey and thus making me want to know more so that I could share more.
Il est maintenant temps pour moi de terminer ce blog. J'en profite pour saluer et remercier tous mes lecteurs, ceux que je connais comme ceux que je ne connais pas, qui en suivant mes peregrinations m'ont donne envie d'en voir plus pour pouvoir en partager plus.

Bon voyage! Or shall I shay happy journey? Ou devrais-je dire joyeux voyage?


samedi 15 septembre 2007

Cafes in Damascus

Ola boys and girls,

I will admit that I have been mostly idle for the past two weeks : talking, drinking tea, smoking the occasional water pipe and practicing my arabic. Staying in the same place for a while makes me feel at home, and I now know some of the regulars, like Tareq (see picture), who loves playing the drums but cannot play in a rock band because "they say that you worship satan". He used to have one, but had to hide.
The only remarkable feat I have accomplished? Surviving the syrian bureaucracy to get a visa extension. It involved fighting my way through three different offices, getting stamped three times, to finally stand in front of a listless three stars general who most generously granted me his approval, blatantly ignoring the fact that my previous visa had expired several days ago.

Je dois admettre avoir ete plutot oisif ces deux dernieres semaines : discuter, boire du the, fumer un narguile de temps en temps et pratiquer mon arabe ont rempli le plus clair de mes journees. Rester au meme endroit pendant un bout de temps me donne l'impression d'etre a la maison, et je commence a connaitre certains des reguliers du cafe d'a cote, comme Tareq (cf photo), qui aime jouer de la batterie mais n'a pas le droit de jouer dans un groupe de rock parce que "ils disent que tu es sataniste". Il a eu un groupe a une epoque, mais il fallait se cacher.
Mon seul acte de bravoure? Avoir survecu a la bureaucratie syrienne pour obtenir une extension de visa. Grosso modo, cela signifie pousser a travers la foule pour passer par trois bureaux differents, obtenir trois tampons, pour terminer devant un general trois etoiles tout mou qui fort genereusement a non seulement valide ma demande, mais ignore tranquillement le fait que mon visa avait expire plusieurs jours auparavant.

Damascus, Sarouja

Since I was in Syria, I figured that touring the sights might also be a good idea. I therefore went to Hama with Adam, future British journalist that I had met at my hotel (the new one, since the old one had been closed down by the government).
Vu que j'etais en Syrie, je me suis dit qu'aller faire un peu de tourisme pouvait aussi etre une bonne idee. Je suis donc alle a Hama avec Adam, futur journaliste britannique que j'avais rencontre a mon hotel (le nouveau, l'ancien ayant ete ferme par le gouvernement).

Hama is an interesting city : unlike Damascus and Aleppo, it really feels like a provincial backwater, and most people go there to see the giant waterwheels (called norias) and to use the city as a base to visit the nearby (it depends on what you call nearby) Krak des Chevaliers. The said waterwheels are nothing short of wonderful : massive, creaky, they produce a very loud and mournful sound that makes you want to sit, watch and relax.
Hama est une ville interessante : contrairement a Damas et Alep, cela fait vraiment ville provinciale, et la plupart des gens y vont pour voir les roues a aube geantes (appelees Norias) et pour utiliser la ville comme base pour aller le Krak des Chevaliers. Lesdites roues a aubes sont incroyables : enormes, elles produisent une sorte de plainte qui vous donne envie de vous asseoir, regarder, et vous detendre.

Noria (5)
Noria (4)
Noria (3)
Noria (2)

Although the various media outlets in Syria are tightly controlled by the government, satellite dishes are absolutely everywhere. I don't know whether they are legal or not -they were officially illegal in Iran-, but they do fill the skyline quite a bit. This can lead to unexpected situations, such as Israeli news channels being available.
As to political freedom in Syria, it is very limited : elections are rigged -the names of the candidates are already on the ballot, and the only thing you can do is add a few extra names- and the secret police is everywhere and makes sure that people stay in line. Interestingly enough, according to a syrian I met, there were UN observers during the last elections, but they were utterly useless : the problem doesn't lie in the counting of the ballots but in the ballots themselves! All in all, Syria has most of the problems developping countries have, including the ever so present corruption, which lets you buy your way out of many a tricky situation. Even the only "independent" newspaper in the country is not independent : sure, the owner has been tortured, has served time in jail, but the journalists are all members of the ruling party.
However, the most interesting aspect in my opinion is that you don't really feel that Syria is a dictatorship, unlike for example Burma, where people were afraid of their government. The only really visible side of the regime is the propaganda, with giant posters of M. El Assad plastered everywhere on which you can read not so subtle slogans such as "Bachar : Blessed", or "Bachar, We Are With You".

Meme si les divers medias syriens sont etroitement controles par le gouvernement, les paraboles sont partout. Je ne sais pas si elles sont legales ou non - elles etaient illegales en Iran par exemple- mais elles sont plutot visibles. Cela peut avoir des consequences inattendues, comme des chaines de television israeliennes.
Concernant la liberte politique en Syrie, c'est plutot limite : les elections sont truquees -les noms des candidats sont deja sur le bulletin des votes, et la seule chose qu'on peut faire c'est ajouter des noms-, et la police secrete est partout pour verifier que les gens font ce qu'on attend d'eux. Un detail interessant : selon un syrien rencontre dans le coin, il y avait des observateurs de l'ONU lors des dernieres elections. Le truc, c'est qu'il ne servent a rien, puisque le probleme n'est pas le decompte des votes mais le vote lui meme! Globalement, la Syrie semble partager les problemes de la plupart des pays en voie de developpement, y compris la corruption omnipresente, qui permet d'acheter a peu pres ce qu'on veut. Meme le seul journal "independent" du pays n'est pas independent : oui, le patron a ete torture et a fait de la prison, mais les journalistes sont tous membres du parti au pouvoir.
Le plus interessant reste tout de meme qu'on ne sent pas le poids de la dictature en Syrie, contrairement par exemple a la Birmanie, ou les gens avaient peur. Le seul aspect visible du regime est la propagande, avec les affiches geantes a la gloire de M. El Assad sur lesquels on peut lire de subtils slogans comme "Bachar : tu es beni" ou "Bachar, nous sommes avec toi".

Israeli TV

We left the following day for the Krak Des Chevaliers (a Krak is a crusader castle, Chevaliers is french for knights), which embodies pretty much everything you've ever dreamt about castles when you were a child. It is quite simply perfect, complete with moat and church.
Nous sommes parti le lendemain pour le Krak des Chevaliers (un Krak est un chateau de croises), qui est le chateau fort dont vous avez toujours reve, jusqu'aux douves et a l'Eglise.

Krak des Chevaliers (4)
Krak des Chevaliers (3)
Quake 3
Krak des Chevaliers (2)

Sometimes, japanese tourists disappear in a dazzling gush of light. Very stargate-ish.
Aussi, de temps en temps, des touristes japonais disparaissent dans un ocean de lumiere. Tres Stargate.

Into the light

When we were in Hama, Ramadan started. Muslims are expected to fast during the day -they can't eat nor drink-, and as a non-muslim, it feels a bit awkward : when you eat or drink, you try to do it as discretely as possible. Basically, they have a massive breakfast at four in the morning, just before sunset, then fast during the day, then eat again as much as they can in the evening.
According to another syrian, most syrians are practicing muslims, apart from the 79-86 generation, which feels less concerned with religious matters. Religion can also be found in rather unexpected places : I was watching TV with a syrian, and he suddenly shouted at me "Look at that video clip! It's a gulf song! [therefore] It's about Islam". Basically, the song is about a young man who likes his cars, women, and alcohol too much and gets everyday further away from god until he has a nasty car accident. He almost dies, almost revives (the whole scene looks like a miracle but not quite, I guess they don't want to be blasphemous) then sees the truth and starts praying all the time in giant halls flooded with light. I've been wondering if it was part of Saudi proselytism.

Lorsqu'on etait a Hama, le Ramadan a commence. Les musulmans doivent jeuner pendant le jour -ils ne peuvent ni boire ni manger-, et en tant que non -musulman, on est parfois pas ters a l'aise, puisqu'il faut etre aussi discret que possible lorsqu'on veut boire ou manger. En pratique, ils font un petit dejeuner enorme vers 4heure du matin, juste avant le coucher du soleil, puis jeunent pendant la journee, puis mangent a nouveau autant que possible le soir.
Selon un autre syrien, la plupart des syriens sont pratiquants, a l'exception de la generation 79-86, qui se sent moins concernee par les affaires religieuses. On trouve egalement la religion dans des endroits inattendus : je regardais la television avec ledit syrien, puis il m'a dit "regarde, regarde, c'est une chanson du golfe! [donc] C'est une chanson sur l'Islam". Essentiellement, la chanson raconte l'histoire d'un jeune homme qui aime un peu trop les voitures, les femmes, et l'alcool et s'eloigne tous les jours un peu plus de Dieu jusqu'a ce qu'il ait un mauvais accident de voiture. Il meurt presque, ressuscite presque (ca ressemble a un miracle mais il ne faut pas blasphemer), puis voit la lumiere et commence a prier tout le temps dans des salles geantes remplies de lumiere. Je me suis demande si ca avait un lien avec le proselytisme saoudien.

Other than that, some of my faithful readers asked if I was to ever come back home. The answer is yes, obviously, and I'm flying back to France on the 14th of October. I guess all good things must come to an end!
A part ca, certains m'ont demande si j'allais rentrer un jour. La reponse est oui, evidemment, je rentre le 14 octobre. Ca fera un an tout rond. Toutes les bonnes choses doivent avoir une fin!

mercredi 29 août 2007


Yo boys and girls,

I left Iran about two weeks ago, spent a few days in Turkey with a french photographer I had met in Istambul more than a month before, and am now in Damascus, Syria. Iran proved to be interesting in the end, if extremely strange in many regards. I was indeed lucky enough to meet a professor of english litterature at my hotel in Iran, with whom I had many a conversation in english (at last) about politics, which is a topic most iranians (if not all) are well versed in : there are at least three or four prime time TV programmes about politics every week, in which each and every subject related to Iran (nuclear power, foreign affairs, the way Iran is seen in the west complete with excerpts from western media, be they BBC, CNN or USA today) is dissected.

J'ai quitte l'Iran il y a de cela environ deux semaines, passe quelques jours dans le sud de la Turquie avec un photographe francais rencontre a Istambul plus d'un mois auparavant, et me trouve a present a Damas, en Syrie. L'Iran s'est averee tres interessante au final, mais plutot etrange par beaucoup d'aspects. J'ai en effet eu la chance de rencontrer un professeur de litterature anglaise a mon hotel, avec qui j'ai pu discuter (enfin) de tout et de rien mais surtout de politique, qui est un sujet que la plupart des iraniens connaissent tres bien : il y a au moins trois ou quatre emissions politiques par semaine, dans lesquelles tous les themes lies a l'Iran (nucleaire, affaires etrangeres, vision de l'Iran a l'etranger avec extraits de la BBC, CNN ou USA today) sont abordes.

The general impression I have now is that of a completely schizophrenic country : on the one hand, an extremely tough and brutal government which is hated by many -"they kill you easily here" said the professor-, with censorship and closing of newspapers, attempted censorship of the internet, basically censorship of everything under the sun, all in complete opposition to the apparent mindset of the Iranis. On the other hand, many Iranis do have internet access at home and manage to bypass the filters set by the government, do watch political programmes, and do have satellite dishes which, although technically illegal, are actually tolerated. It's very difficult to understand how such a regime can hold, unless you take into account the professor's aforementioned remark. On a side note, the many internet cafes that can be found in iranian cities are not for the internet itself but are actually socializing places for boys and girls.

L'impression generale que j'ai a present est celle d'un pays completement schizophrene : D'une part, on trouve un gouvernement dur et repressif, qui est deteste par beaucoup -"ici, ils te tuent facilement" m'a dit le professeur, avec censure et fermeture des journaux, du net, et de tout ce qui se trouve sous le soleil, en opposition complete avec l'etat d'esprit apparent de la majorite des iraniens. D'autre part, beaucoup d'iraniens ont un acces au net a la maison et parviennent a contourner les filtres mis en place par le gouvernement, regardent les emissions politiques, et ont des antennes satellites qui sont techniquement illegales mais tolerees. Une note a propos des cafes internets (qui ne servent a rien puisque les iraniens ont le net a la maison) : ce sont des endroits de rencontres pour garcons et filles.

On top of that, as I said before - in french, sorry guys, I was being lazy - Iran is surprisingly rich and developped. Not many countries can boast a sign language interpreter on every TV news programme, who happens to be a woman, in spite of all the prejudices against Iran.

A ceci s'ajoute le fait que l'Iran est un pays etonnamment riche et developpe. Peu de pays peuvent se vanter d'avoir un interprete en langage sourd muet pour tous les journaux televises, qui plus est femme, en depit ici de tous les prejuges sur l'Iran.

Iranian TV News Host (2)
Back to politics, my professor had many questions for me on french foreign policy, on the situation of arabs in French society - they happen to be hated and despised in Iran because they supposedly destroyed persian culture 1400 years ago-. The conversation then focused on the iranian nuclear programme : why doesn't the west want Iran to have nuclear capabilities? The general belief over there seems to be that, as someone told me while giving be one of the new 50000 Rials (5 dollars) banknotes on which an atomic symbol can be seen, "it is our right".

Si l'on revient a la politique, mon professeur avait de nombreuses questions au sujet de la politique etrangere francaise, sur la situation des arabes dans la societe francaise -ils sont detestes et meprises en Iran puisqu'ils sont censes avoir detruit la culture persane il y a 1400 ans-. La conversation s'est ensuite tournee sur le programme nucleaire iranien : pourquoi l'Ouest ne veut-il pas que l'Iran se dote d'un programme nucleaire? La pensee generale semble etre ce que m'a dit le receptionniste de l'hotel en me tendant un des nouveaux billets de 50000 Rials (5 Dollars) sur lequel on pouvait un symbole atomique : "C'est notre droit".

I have also met another side of foreign affairs while travelling in Iran (and Syria), namely the war in Iraq. Millions of Iraqis have indeed left their country in search for a better life of more simply for a job, and many are now in Syria and Iran. They have all told me the same story : before, Saddam Hussein killed maybe 10 people a day. Now, the war is killing hundreds every day and most of them long for the "good old days". They often describe the situation as "there is no life there" : no water (you have to buy bottles), no hospitals (I met two Iraqi brothers taking their son to a hospital in Damascus), no jobs, no nothing. One man in particular, in Esfahan, was particularly distraught : he had left his 3 year old son and his wife in Bassorah, because an Iranian man who spoke arabic had told him that if he came to Esfahan, he would give him a job. The problem was, when the Iraqi tried to call the Iranian in Esfahan, he couldn't get hold of him, and was on the verge of tears. I have rarely seen such despair in a man and it was a heartwrenching sight.

J'ai egalement rencontre un autre aspect de la politique etrangere en voyageant en Iran (et en Syrie), a savoir la guerre en Irak. En effet, des millions d'irakiens ont quitte leur pays a la recherche d'un avenir meilleur, ou tout simplement pour trouver du travail, et beaucoup d'entre eux sont maintenant en Syrie et en Iran. Ils me racontent tous la meme histoire : avant, Saddam Hussein tuait peut etre 10 personnes par jour. Maintenant, la guerre tue des centaines de gens tous les jour, et la plupart d'entre eux revent de "comme avant". Ils decrivent souvent la situation comme "aucune vie n'est possible la bas" : pas d'eau (il faut acheter des bouteilles), pas d'hopitaux, pas de travail, rien. Un homme en particulier, a Ispahan, etait particulierement affole : il venait de quitter son fils de trois ans et sa femme a Bassorah, parce qu'un Iranien qui parlait arabe lui avait dit qu'il lui donnerait du travail si il venait a Isfahan. Le probleme etait qu'il n'arrivait pas a le joindre et avait l'air au bord des larmes. J'ai rarement vu tel desespoir chez quelqu'un.

The last few days in Iran were spent with Aurelie, a french girl I had met before in Istambul then again at the border, in Sanandaj, the capital of Iranian Kurdistan. As usual, the people were extraordinarily friendly and hospitable : where else would you see a man take you to the bus station in a taxi, help you buy the ticket, take you back to the city center (taxi again) and then pay for everything?

Les derniers jours ont ete passes en compagnie d'Aurelie, francaise rencontree a Istambul puis re-rencontree a la frontiere, a Sanandaj, capitale du Kurdistan iranien. Comme d'habitude, les gens etaient particulierement amicaux et hospitaliers : ou ailleurs peut on voir un homme vous emmener en taxi a la station de bus, aller acheter le billet avec vous, puis vous rembarquer en centre ville avant de payer pour tout?

As to Syria, I have been there for almost a week. I arrived in Aleppo after crossing an apparently little used border crossing where they seemed quite surprised to see me. After a bit of chit-chat in stumbling arabic, their asking whether I was originally from the area because of my face -many people here assume that I'm an arab although my skin is chalky white-, and their checking that I was neither a photographer nor a journalist, they let me cross quite peacefully with the usual extreme friendliness syrians show to foreigners. It was also my first encounter with the local dictator, whose face is *everywhere*. The slogans can be quite interesting, I especially like (roughly translated) : "you are here for us, we are with you, for you are us"

En ce qui concerne la Syrie, j'y suis depuis environ une semaine. Je suis arrive a Alep apres avoir traverse un poste frontiere peu usite, sauf par les routiers, ou ils semblaient plutot etonnes de me voir. Apres quelques minutes de discussion dans mon arabe plus que douteux, quelques questions sur mon metier (prof? tout va bien) et sur pourquoi j'ai une tete d'arabe et donc si je suis du coin, ceci malgre ma peau d'un superbe blanc craie (oui), ils m'ont laisse passer et ont fait preuve de l'habituelle extreme gentillesse syrienne vis-a-vis des etrangers. J'en ai egalement profite pour faire la connaissance du dictateur local - il est partout- et de ses slogans assez fun (traduction douteuse): "tu es la pour nous, nous sommes avec toi, car tu es nous".

Aleppo was some kind of childhood dream to me, since I had seen a documentary on the city on television. It did not disappoint me in the least : gorgeous Souq (empty on the picture) and old city, the lingering smell of coffee laced with cardamome, all complete with the boyishly perfect Citadel atop a hill. The people in Aleppo (or Haleb as they call it) were unbelievably welcoming, always ready to help and to have you drink gallons of tea.

Alep etait pour moi une sorte de reve d'enfance (non, pas a cause du savon), depuis que j'avais vu un documentaire sur la ville a la television francaise. Je n'ai pas ete decu : Souq (vide sur la photo, c'est pas tres courant) et vieille ville superbes, l'odeur du cafe melange a la cardamone, le tout domine par la citadelle sur la colline. Les gens d'Alep (ou d'Haleb comme ils l'appellent) etaient incroyablement accueillant, toujours prets a aider, discuter, et a vous faire boire des hectolitres de the.

Souq on Friday
Citadel in Aleppo

I then met charming and funny Gabrielle, multilingual french girl with whom I spent the next few days and went to Damascus. To avoid giving lengthy explanations as to why we were travelling alone (strange over there) but together (even stranger, especially for her) and not married, we decided that she'd be my fiance, which somehow spiralled out of control a few times, since I was supposed to answer for her *and* be coherent . I won't do it again : it is both complicated and disrespectful. But oi! If they could stop asking those personal questions! We used one day in Aleppo to visit the St Simeon Basilica, about 40 km outside of town. It really is in the middle of nowhere, and happens to be extremely beautiful (I'm afraid those bad pictures don't do it justice).

J'ai ensuite rencontre la charmante Gabrielle, francaise multilingue avec qui j'ai passe les jours suivants et suis alle a Damas. Pour ne pas avoir a donner des explications incomprehensibles sur pourquoi on voyageait chacun seul (c'est bizarre la bas) mais la on etait deux et pas marie (ca aussi c'est bizarre, en particulier pour elle), elle est devenue ma fiancee. C'est evidemment parti en vrille une fois ou deux puisque j'etais cense repondre pour elle *et* etre coherent. Je ne le referai pas : c'est complique et surtout c'est un manque de respect. On a egalement passe une journee a la Basilique St Simeon, 40km a l'exterieur de la ville, au milieu de nulle part. C'est superbe, et les photos ne lui rendent pas justice.

St Simeon (3)
View from St Simeon
As to Damascus, it is a city of staggering beauty : be it the old city or the new city, everything here is suffused with some kind of eastern spirit. As to the pictures, this all I have at the moment :-(

Quant a Damas, la ville est d'une beaute a couper le souffle. Que ce soit la vieille ville ou la nouvelle ville, Damas est un peu l'orient dont vous avez toujours reve... Quant aux photos, c'est tout ce dont je dispose pour l'instant :-(

Souq (2)
Souq (1)

What's coming? Syria, more Syria. I just love it, and being able to butcher arabic -I understand it a lot more than I speak it- makes all the difference.
La suite des operations? Rester en Syrie. J'adore le pays, et arriver a massacrer la langue arabe -je le comprends plus que je ne le parle- fait toute la difference.

mercredi 8 août 2007


Ola boys and girls,

Cela va faire longtemps, trop longtemps que je n'ai pas poste. Essentiellement, une combinaison de connexions limitees au Pakistan, bloque depuis la Turquie pendant un moment, et ma propre flemme ont fait que je n'ai rien fait. Je suis maintenant en Iran, a Shiraz. Attention, le post est LONG.

J'avais fini par sortir du Pakistan une semaine apres le dernier post (cf photos de la vallee des Hunzas ci dessous), pour me diriger vers la Turquie (problemes de visa) en avion, apres une derniere soiree incroyable dans le quartier des fabricants de pieces detachees a Rawalpindi/Islamabad. Le Pakistan au final c'etait extraordinaire, mais tres difficile a mettre en mots. Essentiellement, vu que je pouvais baragouiner de l'Ourdou (c'est la meme chose que l'Hindi), ca m'a permis de discuter avec des gens avec qui je n'aurais pas pu discuter normalement. Avoir une discussion basique sur l'islam (et la recherche d'Islam) avec un bonhomme qui ne veut pas vous parler au debut puis qui change de comportement lorsque brutalement vous vous mettez a parler sa langue, c'est sympa
Hunza Valley, Pakistan
Pakistan, Hunza Valley
L'arrivee a Istambul, ville moderne, tenait de la science-fiction apres Rawalpindi/Islamabad, et je crois que j'avais l'air bien bete dans l'aeroport et dans le metro en regardant avec des yeux comme des soucoupes ce que j'avais autour de moi.

Sur les conseils de Luis, photographe avec qui j'ai passe du temps au Pakistan, j'ai atterri a la Mavi Guesthouse, sympathique guesthouse dans une ruelle tranquille ou j'ai passe le plus clair de mon temps a me reposer -j'etais bien claque apres le Pakistan-, a discuter avec les voyageurs de passage (dont deux Benjamins), a me baffrer de pain et de fromage (je reve de roquefort et d'un camembert bien fait), et a faire la connaissance de Yacine et Achour, sympathique berberes bluesmen algeriens bossant a Istambul.
Mavi Guesthouse
Et quand Achour s'y mettait et que Yacine chantait, le blues des berberes d'Istambul dechirait bien.
A cote de ca, il y avait Saif, surnomme Chams, qui vendait des caviars et des loukoums au grand bazar, et qui avait le bagout qui allait avec. Il nous racontait sa vie a grand renfort de subtiles metaphores (les poissons et les requins), et quand il ne fallait pas que les requins autour entendent, il nous assenait un grand "Attention attention! Les paraboles sont partout!".

En dehors de ces multiples rencontres, et du fait que j'avais vraiment l'impression d'etre en Europe - quoiqu'en disent les americains qui paniquaient la premiere fois qu'ils entendaient l'appel a la priere!-, Istambul est tout betement une des plus belles villes que j'ai vu, tout en contraste, avec son cortege de monuments, de pecheurs, et de grattes ciels. Pour un peu, je m'y installerais bien.
Aya Sofia
Fishing (3)
Modern Istanbul (2)

J'ai fini par m'arracher a regret de cet endroit merveilleux - j'y ai passe presque deux semaines- pour me diriger vers la capadoce et ses paysages completement delirants, ou on trouve des eglises byzantines sculptees dans la roche un peu partout. L'endroit est calme, beau, et hallucinant.
A cote de ca, j'attendais toujours mon foutu visa iranien, qui apres quelques coups de telephone en Iran, a fini par arriver. Comme quoi, en insistant poliment, on finit toujours par obtenir ce qu'on veut...

Pour obtenir ledit visa, il fallait que je m'enfonce un peu plus en Turquie, a savoir a Erzurum, ou se trouvait le consulat Iranien. J'y ai rencontre le personnage le plus extraordinaire de mon voyage jusqu'a present, a savoir Samuel, a qui il manque l'usage d'un bras, et qui marche (sisi, a pied) de Barcelone a Kathmandu en allant de site sacre en site sacre.
Samuel the walker

Quelques jours plus tard, pas loin de la frontiere, je decouvre l'hospitalite Kurde -les gens la bas se presentent comme kurdes, pas turcs- en passant quelques jours chez Parachute, ami d'une francaise qu'avait rencontre Benjamin (un des francais d'Istambul) dans le bus. Les kurdes en ont visiblement pris plein la tete de la part du gouvernement turc (qui fait comme le gouvernement francais il y a cent ans, mais nous on est amnesique), et vu que c'etait les elections, c'etait plutot tendu, malgre les litres de raki qui, disons le, coulait a flot. Apparemment, Parachute n'etait pas apprecie des turcs d'une parce qu'il etait kurde, de deux parce qu'il portait une moustache particuliere synonyme de revendication politique, et dans un pays ou kurde est synonyme de terrorisme, ca passe pas trop. Le coin etait plein de tanks et autres rejouissances militaires, et les policiers turcs qui etaient la voulaient tous partir.

En ce qui me concerne, mon bilan turque, c'est que la Turquie et l'Europe, c'est quand meme tres tres tres tres proche. Je veux bien admettre que ca va faire bientot dix mois (eh oui) que je voyage et que du coup de moins en moins de choses me surprennent, mais tout de meme, c'est vraiment vraiment tres tres tres proche. Du coup, j'ai eu l'impression de rentrer a la maison avant l'heure.

Quelques jours plus tard, j'etais en Iran, apres un passage de frontiere sans douleur ou le douanier m'avait souhaite au revoir et bon voyage en francais! Je suis donc arrive un peu par hasard a Ispahan (j'ai fait beaucoup de bus), ville incroyablement belle et aux gens tres accueillants.
J'ai egalement rencontres deux suisses cyclistes, pedalant jusqu'en Inde. L'un d'entre eux etait d'origine indienne et retournait visiter son orphelinat, et ses gigantesques dreadlocks attiraient tous les regards des iraniens qui le photographiaient plus ou moins constamment.

Ispahan a aussi ete l'occasion de constater que l'iran n'est pas exactement comme ce que les medias (ou la propagande, c'est selon) occidentaux nous racontent. En meme temps, apres dix mois de voyage, ca ne me surprend plus vraiment. Je ne m'attendais pas en tout cas a voir les familles iraniennes faire du pedalo sur la riviere a Ispahan
Pedal boats in Esfahan
pendant que tout le monde piquenique sur des tapis(!) dans les jardins qu'on trouve un peu partout . L'accueil est extraordinaire (je dois avoir les numeros de telephone et adresses avec plans(!) de la moitie d'Ispahan et il faut avoir vu un iranien rentrer dans la sandwicherie ou on etait en train de commander, nous parler allemand, payer pour nous, puis repartir sans demander son reste), les gens semblent preoccupe par l'image de l'iran a l'exterieur qu'ils savent mauvaise, et ils sont tres curieux de savoir d'ou on vient et comment c'est chez nous.
Les jeunes en particulier, nombreux, semblent assez malheureux et passent leur temps a demander comment ca se passe chez nous entre les garcons et les filles : comment parler a une fille/un garcon? Est-ce que c'est vrai qu'on peut vivre ensemble non-maries? Ils veulent se voir, mais n'ont pas le droit, donc ca complique les choses. Apres, ca depend egalement des villes, Shiraz (ou je suis actuellement), semble plus liberale que Yazd (conservatrice) ou Ispahan (au milieu???).
Plus etonnant, je me suis fait aborder par plusieurs jeunes hommes qui m'ont explique de but en blanc que j'etais mignon et qui voulait savoir ce que je pensais d'eux ou qui m'ont demande si ca me posait probleme de vivre avec une fille lorsque je disais qu'a 26 ans je n'etais pas marie (on se marie tard en plus en Iran). J'avais eu une experience similaire au pakistan ou lors d'un arret de bus au milieu de nulle part, un jeune pakistanais m'avait fait des avances tout en m'expliquant qu'il etait malade dans sa tete (c'est l'expression qu'il avait employe, la conversation avait lieu en Ourdou donc c'etait limite, mais ca j'avais compris). Reflexion faite, dans une societe qui ne tolere absolument pas ce genre de chose -on peut etre condamne a mort apparemment-, tenter le coup avec un occidental ne presente pas de risque : dans le pire des cas, il dira non (soit qu'il ne veuille pas soit qu'il soit hetero) , mais n'ira pas voir la police ni la famille. Dans le cas du pakistanais, j'avais vraiment l'impression qu'il etait desespere et essayait avec tous les occidentaux qui passaient.
Toujours dans les histoires hommes/femmes, le contraste avec le Pakistan est saisissant : la ou au Pakistan on ne voyait jamais de femmes (elles etaient toutes cachees a l'interieur, dans le plus style societe traditionnel), en Iran on les voit partout. Certes elles n'ont pas les memes droits, mais en ont et s'en servent. La presentratrice du journal TV est une femme, tout comme ma guide a Persepolis.
Iranian TV news host
Cote discussions, c'est etonnamment difficile. Si l'education est tres importante (on m'a demande carrement "what is your education" et apres avoir repondu on m'a dit "I am PhD in...." et sa copine "I am Masters in Linguistics", j'avais l'impression de passer un mauvais entretien d'embauche), tres peu d'Iraniens parlent des langues etrangeres, et tres peu l'anglais. J'ai surtout parle allemand, francais (tres bien vu ca), et un peu arabe (mal vu, ils les considerent comme des barbares). Ceux qui parlent une langue etrangere sont ceux qui ont habite a l'etranger, ou qui cherchent a quitter le pays pour ne jamais revenir - ils sont tres nombreux, il y a une gigantesque fuite des cerveaux-. Globalement il ressort quand meme de ceux avec qui j'ai discute (il y a naturellement un biais de selection, attention), qu'ils veulent plus de liberte et qu'ils en ont marre de leur president, surtout depuis que l'essence est rationnee.Enfin, globalement, ce n'est pas le pays violent et qui vit dans la peur qu'on nous decrit a la maison!
Esfahan - Imam Square

Apres Ispahan, direction Yazd , ville conservatrice mais a l'architecture superbe, ou j'ai abandonne mes deux suisses pour aller sur Shiraz.

Pourquoi Shiraz? Parce qu'a Shiraz il y a Persepolis! Et aussi plein de trucs evidemment...
Persepolis (1)
Persepolis (2)
Persepolis (3)
Persepolis (4)
Ce qui est rigolo, c'est qu'il y a plein de touristes iraniens, et surtout pas mal avec des sparadraps sur le nez qu'ils se font tous refaire le nez qu'ils trouvent tous trop gros/long/etc.

La suite des operations va consister a retourner sur Ispahan (j'y peux rien, j'adore cette ville, c'est comme Istambul), et apres, je ne sais pas encore. Peut etre retourner a Teheran (c'est pollue, laid, et le traffic est delirant, j'avais pas aime), je ne desespere pas de trouver le dernier Harry Potter! Cadeau bonus avant de vous laisser : le centipede geant de l'Inde de mon frere (ca fait vraiment 25cm) et c'est vraiment super vil comme bete...

Centipede - 25cm

lundi 25 juin 2007

Pakistan Zindabad! Or is it Bharat?

Yo boys and girls,

This is just a very short entry to let you know that everything is going well. My brother (who is now feeling much better) and I left Delhi (which I liked quite a lot) about three weeks ago to go to Amritsar, home to the golden temple as well as the Sikh's holiest city. From Amritsar, I entered Pakistan (the border closing ceremony where Indiam and Pakistani guards taunt each other every evening in a miniature stadium surrounded by a chanting crowd is incredible), while he went up north to Kashmir and Ladakh. Once in Pakistan, I visited Lahore, spent a day in Rawalpindi (near Islamabad), then went up north on the Karakoram Highway to reach the gorgeous Hunza Valley. I have now been in Karimabad (the name of the village) for about a week, enjoying 35 degrees during the day at 2500m, which is a lot better than the unbearable heat of Lahore (somehwere between 48 and 50) which took its toll and had me reach Karimabad feeling extremely weak. After a week of rest, everything is fine.
Cette entree va etre relativement courte, le but de ladite entree est seulement de rassurer ceux qui s'inquietent. Mon frere (qui va a present beaucoup mieux) et moi avons quitte Delhi il y a environ trois semaines pour Amritsar, ville sainte des Sikhs ou se trouve le temple dore. Depuis Amritsar, et apres avoir profite de l'hallucinante ceremonie de cloture de la frontiere (dans une espece de stade miniature, entoures par une foule qui hurle, les soldats pakistanais et indiens se taquinent gentiment), je suis entre au Pakistan pendant que lui se dirigeait vers le nord de l'Inde, a savoir le Kashmir et le Ladakh. Une fois arrive au Pakistan, j'ai visite Lahore, passe un jour a Rawalpindi (a cote d'Islamabad), puis suis parti au nord sur la Karakoram Highway pour atteindre la somptueuse vallee des Hunzas. Je suis a present a Karimabad depuis environ une semaine, et profite du climat relativement clement (35 degres a 2500m), qui est beaucoup plus tolerable que l'insoutenable chaleur de Lahore (entre 48 et 50 degres) qui etait absolument epuisante. Apres une semaine de repos, je suis enfin en etat.

Pakistan itself is really good, with incredibly friendly, welcoming, and honest people, and best of all they eat meat! No more vegetarian thalis and other indian horrors (I can't digest masala, which is pretty much like being allergic to salt in Europe), just a good old shish kebab in Lahore before heading to Chaman's, Pakistan's premier icecream parlor... The contrast with India is absolutely staggering : no women in the streets, all muslims wearing traditional garments, different food, different script (although it's almost the same language), it is quite simply a completely different country although it used to be India.
Net wise, Internet cafes can be b****y slow, and the massive floods in Karachi coupled to the regular power cuts in Islamabad (as everywhere else in the country, imagine having no fan when it's 50 degrees) make everything sometimes a bit difficult (especially giving news with photos, hence the lack of news) : the internet cafe I'm using now has a satellite link, but is still down from time to time because in the end traffic is routed through Islamabad.
Le Pakistan en lui meme est tres agreable, et les pakistanais sont sympathiques, accueillants, et extraordinairement honnetes. Le mieux dans toute l'histoire? Ils mangent de la viande! Plus de thalis vegetariens au masala (epice que je ne peux pas digerer, sur le principe c'est comme etre allergique au sel en france), juste un bon vieux shish kebab a Lahore avant d'aller manger une excellente glace a Chaman's, le meilleur glacier du Pakistan... Le contraste avec l'Inde est spectaculaire : pas de femmes dans les rues, que des musulmans portant des vetements traditionnels, l'appel a la priere, mosquees gigantesques (et superbes), cuisine differente, ecriture differente (meme si c'est quasiment la meme langue), le Pakistan est tout simplement un pays completement different, bien qu'historiquement ce soit une partie de l'Inde.
Cote internet, les cybercafes peuvent etre *lents*, et les inondations a Karachi ajoutees aux coupures de courant un peu partout dont Islambad (imaginez ne pas avoir de ventilo quand il fait 50, ca fait mal) font que donner des nouvelles avec photos est parfois difficile (d'ou l'absence de nouvelles) : le cybercafe que j'utilise en ce moment a une connexion satellite, mais a des problemes de temps en temps puisqu'au bout du compte, tout le traffic est route via islamabad.

As to the next part of the trip, I finally (and I will regret that decision for a long time, but it's just completely unreasonable given how tired I am, and how long it's going to take to get all my visas) decided to skip central Asia and go straight to Iran, through Baluchistan. I am now waiting for my irani visa, which I hope is not going to take too long to process.
I have also met lots of funky people : one was cycling from England to India and wanted to come back in a rickshaw/tuktuk, while another one was going to Afghanistan. The conversation then veered towards 'which place is safe in Afghanistan and which are the better roads to cycle on', shortly before moving on to 'How I nearly got killed in Mozambique because I was set up by corrupt cops and had to bargain for my life'. It was completely surreal, and I was wondering what I was doing there!
En ce qui concerne la suite du voyage, J'ai finalement decide de ne pas aller en Asie Centrale. Ca me fait mal, mais vu combien je suis fatigue et combien coutent les visas (et le temps qu'il faut pour les obtenir), ce n'est pas raisonnable : je vais passer plus de temps a chasser des visas qu'a me promener. Au bout du compte, je pense traverser directement le Pakistan pour aller en Iran, des que j'aurai ce foutu visa iranien qui prend des plombes a obtenir (c'est encore plus penible que pour les visas Kyrgyz et autres uzbeks).
J'ai aussi croise pas mal de gens particuliers : l'un d'entre eux allait a velo d'Angleterre jusqu'en Inde et voulait revenir en rickshaw/tuktuk, tandis qu'un autre allait faire du velo en Afghanistan. La conversation a ensuite glisse vers 'quelles parties de l'Afghanistan sont safe' puis 'ou sont les bonnes routes' avant d'en arriver a 'comment j'ai failli me faire tuer au Mozambique parce que des flics corrompus m'avait mis un kilo de haschich sur ma table de cafe sans me demander et du coup j'ai du racheter ma vie'. C'etait parfaitement surrealiste, et je me demandais ce que je faisais la!

Bottom line : everything is fine, and go to Pakistan if you can!
Pour faire court : tout va bien, et faites un tour au Pakistan si vous en avez l'occasion!

mercredi 30 mai 2007

Health problems in India

[Due to the utterly unreasonable amount of spam this blog was getting, I've had no other choice but to add a captcha to the comments system. Basically, it means that you have to answer the question at the end of the commenting form to make sure that you are indeed a human being]
[En raison de la quantite parfaitement deraisonnable de spam qui avait inonde ce blog, j'ai du ajouter un captcha aux commentaires. Grosso modo, ca veut dire que si vous voulez laisser un commentaire, il faut a present repondre a la question qui vous est posee afin de prouver que vous etes bien un etre humain et non un robot a spam]

Yo boys and girls,

Due to unforeseen circumstances -namely my brother's health- , the promised entry about Bombay was never written. It's now time for some catching up - although we did not stay long enough in Bombay.
En raison de circonstances exceptionnelles -a savoir la sante de mon frere-, le post que j'avais promis concernant Bombay n'est jamais arrive. Il est temps de rattrapper le temps perdu (et encore, on n'est pas reste suffisamment longtemps a Bombay).

Mumbai, formerly known as Bombay -most indian cities are now losing their british era names and reverting back to their former names : Pondicherry is now Puducherry, Madras is now called Chennai, etc. - was a bit of shock since the district where we were staying was every bit the modern city : spanky clean streets, normal traffic(!), private cars, taxis instead of rickshaws and above all none of that claustrophobic feeling (I'm claustrophobic) you get in most indian cities. For the first time in a while, I was actually able to relax in a city, be it while strolling along the beach front or enjoying the beautiful tree-lined avenues. For the first time in a while I also had problems finding cheap accomodation, which means that I discovered the joys of bedbugs :-/
Mumbai, connue auparavant sous le nom de Bombay - la plupart des villes indiennes perdent actuellement les noms que les britanniques leur avaient donnees et reprennent leurs anciens noms : Pondicherry est maintenant Puducherry, Madras s'appelle Chennai, etc.- a ete un choc pour moi, puisque le quartier ou on habitait ressemblait a n'importe quelle ville moderne : propre, traffic normal (ca c'est vraiment hallucinant en Inde), des voitures particulieres, des taxis au lieu des rickshaws, et surtout pas cette impression de claustrophobie (je suis claustrophobe) qu'on a dans la majorite des villes indiennes. Pour la premiere fois depuis un bout de temps, j'ai pu me detendre, que ce soit en marchant le long de la cote ou sous les arbres qui bordent les avenues. Pour la premiere fois depuis un bout de temps, j'ai aussi eu des difficultes a trouver un logement pas cher, ce qui signifie que j'ai decouvert les joies des puces dans mon lit :-/
Mumbai Taxi

Mumbai also happens to be the financial capital of India: according to one of my brother's friends in Hyderabad, 40% of all company taxes in India come from Mumbai! In other words, Mumbai is a rich city, although Delhi is now beginning to play catch-up. This means that there is a middle class, and that there are skyscrapers. Obviously, everything is not perfect, and I still remember the stench of human waste coming from the slums as the bus was taking us to the bollywood shooting ground. Although partly expected, this is striking in more than one way, if only because when we in the western world think of India we think of extreme poverty, while there is actually a modern India that is emerging.
Mumbai se trouve etre la capitale financiere de l'Inde : selon un des amis d'Hyderabad de mon frere , 40% de toutes les taxes d'entreprise en Inde viennent de Mumbai! En d'autres termes, Mumbai est une ville riche, meme si Delhi commence a la rattrapper. Cela signifie qu'il y a une classe moyenne, et qu'on peut voir des grattes-ciels. Evidemment, rien n'est parfait, et je me souviens de la puanteur emanant des bidonvilles pendant que le bus nous emmenait sur le lieu du tournage a Bollywood. Meme si je m'y attendais, cela reste surprenant, parce que cela cree un contraste avec l'autre versant (l'Inde moderne) que nous supposons ne pas exister en Inde.
Bombay Youth
Mumbai Modernity

Aside from that, Mumbai sports a massive colonial legacy, be it the Gate of India or basically every single building in central Mumbai, and in many ways almost feels as it there has been some planning in it. One funny aspect of indian city life is that if you ask an Indian whether he lives north, south or west of a city he usually does not know, and cannot tell you even if you give him a map!. He knows however that from mosque/temple x if he takes the third street on the right then the second on the left then walk past the bangle shop and turn right again he will find his home. I've been wondering whether this might be one of the reasons behind the general mayhem of indian cities (or rather: why it doesn't bother indians).
A cote de ca, Mumbai possede un heritage colonial tres important, que ce soit la Gate of India ou tout simplement la quasi-totalite des batiments du centre ville, et on a parfois presque l'impression que tout a ete planifie - ce qui est une veritable bizarrerie pour l'Inde. Un des aspects amusants de la vie urbaine en Inde est que si vous demandez a un india si il habite au nord, au sud ou a l'ouest d'une ville, il ne sait pas, et si vous lui montrez une carte, il ne sait generalement pas ou il habite. Il sait en revanche, que si il part de la mosquee/du temple x, qu'il prend la troisieme rue a droite, puis la deuxieme a gauche, depasse le magasin de bracelets puis tourne a droite, il sera chez lui. Je me suis demande si c'etait une des raisons derriere le foutoir general des villes indiennes (ou plutot : pourquoi ca ne derange pas les indiens).
Gate Of India
Mumbai University
Cricket is as usual everywhere, and people have friendly games, much like people in Europe play football on sunday. The local park even comes with rules as to the use of the cricket pitch :-) Comme d'habitude, tout le monde joue au cricket, et les gens joue au cricket comme en Europe on joue au football entre amis. Le parc principal a meme un reglement concernant l'utilisation des terrains de cricket :-)
The ever so important cricket

We then left for the Ajanta caves, first step of our crossing of central India to reach the holy city of Varanasi (formerly known as Benares). The buddhist caves of Ajanta were absolutely stunning and highly interesting as well, since they were extremely old (as in 200BC, close to the beginning of Buddhism). This meant that the buddhism depicted there was completely different from the one I had seen in South East Asia : the buddha images had different hand positions, different attributes, and there was also a healthy dose of hinduism thrown in.
On est parti apres pour Ajanta, premiere etape de notre traversee du centre de l'Inde qui etait censee nous amener a la ville sainte de Varanasi (connue auparavant sous le nom de Benares). Les grottes bouddhistes d'Ajanta etait non seulement spectaculaires mais egalement tres interessantes, puiqu'elles etaient tres anciennes (200 av. JC, soit proche du debut du bouddhisme). Cela signifie que le bouddhisme qu'on peut y voir est tres different de celui que j'ai vu en Asie du Sud Est : les codes, positions des mains, et attributs sont differents, et on peut voir une bonne quantite d'hindouisme egalement.
As to the pictures above, I have a question for the digital photography geeks among you : how do you set the white balance when there are light sources of mixed types (say neon and tungsten)? The shots above got their sci-fi look because of this problem.
Concernant les photos ci-dessus, j'ai une question pour les geeks de la photo parmi vous : comment faut-il regler la balance des blancs lorsque les sources lumineuses sont de plusieurs types (par exemple neon et tungsten a la fois)? Les photos au dessus ressemblent a des photos bricolees a cause de ca.

We then left for Mandu, a small village (8000 people) in Maddhya Pradesh set on a seemingly barren plateau (the locals told us that come monsoon everything turns lush green) and surrounded by beautiful afghan palaces. The place was wonderful : it sees very few tourists, the locals are incredibly friendly -they even spoke to us very slowly so that we could practice our hindi- and it feels like an island of peace and quiet in the middle of hectic India. We also met a few other tourists (there were 5 of us, and on the last day only my brother and I were there), and discovered that one of them had been travelling for the past 6 years. Talk about being addicted to travelling...
However, you also have to remember that MP is a very poor state in India, with non-existing roads (it took us about 12 hours to cover 200km), and that at this time of the year you will have to endure temperatures of about 45 degrees : the paradise of the tourist is usually not what the locals aspire to.
On est ensuite parti pour Mandu, un petit village (8000 habitants) dans le Maddhya Pradesh qui se trouve sur un plateau a l'air plutot aride (mais qui d'apres les locaux devient vert fluorescent lorsque la mousson arrive) et qui est entoure d'anciens palais afghans absolument magnifiques. L'endroit etait merveilleux : peu de touristes, les locaux sont super sympa -ils nous parlaient meme lentement pour qu'on puisse pratiquer notre hindi- et il fait un peu penser a une oasis de tranquilite au milieu du rythme frenetique habituel de l'Inde. On a egalement rencontre d'autres gens (on etait 5 au total, et le dernier jour seulement mon frere et moi), et decouvert que l'un d'entre eux voyageait depuis 6 ans! Quand on dit que le voyage est une drogue...
Il faut cependant se souvenir egalement que le MP est un etat extremement pauvre de l'Inde, avec des routes non existentes (il nous a fallu environ 12 heures pour faire 200km), et a cette epoque de l'annee, il fait environ 45 a l'ombre : le paradis des touristes est rarement celui des locaux.
Afghan Palace

The next part of our journey involved going to Sanchi (200km north) to enjoy some more buddhist art. We therefore left wonderful Mandu, spent another 12h on buses, and settled in a sri lankan ashram/guesthouse in the middle of nowhere (Sanchi boasts a massive 7000 inhabitants). By that time, my brother had already slept the entire day, and went on sleeping for the next 24 hours with the occasional 10 minutes break. When he finally woke up for good at about 10pm, he did not feel too well, and by 10pm, he looked very very very bad, felt pain in his abdomen, had a strong fever (39.5C/103F), and we feared it might be a case of appendicitis. We decided to call my best friend the Doctor (thanks again mate), who gave me a list of things to check, then I called the insurance company to tell them that 'Houston, we have a problem'.
L'etape suivante de notre trajet etait censee nous mener a Sanchi (200km au nord) pour pouvoir profiter d'un peu plus d'art bouddhiste (j'aime bien ca, je l'admets). On a donc quitte Mandu a regret, passe 12h de plus dans le bus, et on a passe la nuit dans un ashram/guesthouse sri lankais au milieu de nulle part (Sanchi a tout de meme 7000 habitants). Mon frere venait deja de passer la journee a dormir dans le bus, et s'est remis a dormir. Il n'a pas decolle de son lit pendant les 24h qui suivaient, et lorsqu'il s'est finalement reveille vers 22h, il avait de la fievre (39.5), une tres tres sale tete, et mal a l'abdomen. On avait un peu peur que ce soit une appendicite, donc j'ai appele mon meilleur pote le Toubib (merci encore Toubib) qui m'a donne une liste de choses a verifier. J'ai alors appele la compagnie d'assurance pour leur dire que 'Houston, on a un probleme'.
The thing is, Sanchi is not exactly a megalopolis. With the help of friendly indian, I found a four wheel drive (not that easy at 11pm), we put my brother in it, and drove to the hospital in Bhopal where my brother was immediately hooked to a drip and given gallons of antibiotics.
Le truc, c'est que Sanchi n'est pas exactement une megapole. Aide par un indien tres gentil, j'ai trouve un 4x4 (pas facile a 23h) dans lequel on a mis mon frere, et on est parti pour Bhopal ou mon frere s'est retrouve branche a une perfusion et s'est vu administrer des litres d'antibiotiques.
Indian hospitals -that is, regular ones- are interesting : the doctors are very good (they did everything they had to, and I am very thankful to them for that), but the nurses are untrained (it takes a whopping four months to train a nurse over there) - the general level of knowledge is so low that they thought we did not know how to read a thermometer, which they very kindly explained us how to and did not know that there were two different scales (Celsius and Farenheit)- , and hygiene standards are nonexistent : the hospital was teeming with nuclear fallout cockroaches, and gloves were some kind of mythical artefact from the west. When my brother asked the doctors -we thought there would be an operation- whether they were used to operating appendicitis, they said that yes, no problem, but [after some more prodding on our side] that there had been a few accidents.
Les hopitaux indiens -c'est a dire les normaux- sont interessants : les medecins sont tres bien (ils ont fait tout ce qu'il fallait, et je les en remercie), mais les infirmieres ne sont pas vraiment formees (il faut 4 mois pour etre infirmiere) : le niveau general de connaissance est tellement bas qu'elles supposaient qu'on ne savait pas lire un thermometre (elles nous ont gentiment expliquer comment), et ne savaient pas qu'il y avait deux echelles (Celsius/Farenheit). A cote de ca, les standards d'hygienes n'existent pas, puisqu'il y avait des cafards de partout et les gants semblaient etre une espece de mythe venu de l'ouest. Lorsque mon frere a demande aux medecins -les toubibs aussi pensaient que c'etait une appendicite- si ils avaient l'habitude d'operer une appendicite, ils ont dit que oui, pas de souci, mais (on a pose quelques questions supplementaires) qu'il y avait eu quelques acciendents.

In the end, they diagnosed a kidney stone, a kidney infection, and a colitis, all caused by food : after 8 months of indian diet, my brother's digestive system had finally collapsed. He was then transfered to Delhi to a five-star hotel/hospital I've never seen the like of in France, in stark contrast to the one in Bhopal (giant room with two beds, TV, table, chairs, balcony, bathroom, all pristine) and he is now fine. India can sometimes take its toll, na? As to the food, it's going to be soft and easy to digest from now on. I'm going to miss the fried chilies (soooooo good, you have no idea):-)
Au final, ils ont trouve un calcul renal, une infection au rein (qui venait avec), une infection au colon, tout ca a cause de son regime alimentaire : apres 8 mois de regime indien, le systeme digestif de mon frere s'etait finalement effondre. Il a au passage ete transfere dans un hotel/hopital 5 etoiles a cote de Delhi (chambre de 25 metres carres avec deux lits, television, table, trois chaises et un fauteuil, balcon, salle de bain, etc.) et maintenant il va bien. L'Inde est parfois difficile, na? Concernant la cuisine, ca va etre "mou et facile a digerer" a partir de maintenant. Les piments frits vont me manquer (je vous promet, c'est super bon) :-)

The area around us was interesting as well : a highway, shopping malls everywhere, luxury apartment compounds, and a coming metro line. The future of India again... Since we did not have much to do, but I was allowed to walk around, I watched a thunderstorm from the balcony. The light pollution in Delhi is bad (it's a city after all), the focus is wrong, but I now want to catch another lightning strike on film!
Le coin autour de nous etait interessant egalement : une autoroute, des centres commerciaux de partout, des appartements de luxe, et le metro qui arrive. Le futur de l'Inde a nouveau...Comme on n'avait pas grand chose a faire, j'ai pu voir une tempete tropicale (pre-mousson) depuis le balcon. La pollution lumineuse a Delhi n'est pas terrible (c'est une ville apres tout), la mise au point pas bonne, mais je sais maintenant que je veux une autre photo d'eclair!

I will finish this post with the typical indian greeting that can be found on train tickets : happy journey!
Pour conclure, je vais vous souhaiter - c'est tellement indien- ce qu'il y a marque sur les billets de train indiens : joyeux voyage!

lundi 14 mai 2007

Bollywood, Aftab, and my future in the tabloids

[note : I will try to update this blog a bit more frequently in the future.]
[note : je vais m'efforcer de mettre ce blog un jour un peu plus frequemment a l'avenir.]

Ola boys and girls,
I am now a Bollywood (ie Mumbai film industry, the indian film industry being actually bigger than the american film industry) superstar, having "acted" in a big budget Bollywood film called 'Speed' starring a guy called Aftab (see pictures below), who has to be the most incredibly stylish person I have ever seen. He also spent most of his time combing his hair and looking at his reflection in the mirror, and would look at me and not listen to the reporter from the Hindustani Times because he had noticed that I was taking pictures. I especially like his belt. When we told some indians later on that we had seen Aftab, they went 'Ooooh Aftab Aftab! You've seen Aftab!'. That's the funny thing about all this : because their film industry is so powerful and so different, it is isolated from ours (or rather from the american one, let's be a bit realistic), and we have no idea who their stars are.
Je suis maintenant une star Bollywoodienne (c'est le nom donne a l'industrie du film de Mumbai, qui se trouve etre plus grosse que l'industrie americaine du film), ayant 'joue' dans un film de Bollywood a gros budget appele Speed et dans lequel joue une star appelee Áftab (voir photos ci-dessous). Le bonhomme est super-style, passait la plupart de son temps a se peigner et a regarder son image dans un miroir, et me regardait au lieu d'ecouter la journaliste de l'Hindustani Times parce qu'il avait remarque que je prenais des photos. J'apprecie particulierement sa ceinture. Un peu plus tard, lorsqu'on a raconte a des indiens aux restaurant qu'on avait vu Aftab, ils ont une reaction assez amusante :'Ooooh Aftab Aftab! Vous avez vu Aftab!'. C'est un aspect que je trouve vraiment amusant dans toute cette histoire : comme leur industrie cinematographique est tellement puissante et tellement differente, elle est isolee de la notre (ou plutot de l'americaine, soyons realiste), et nous n'avons aucune idee de qui leurs stars sont.

It all started with my brother and I walking down the streets of Colaba (the tourist district of Mumbai/Bombay) and meeting a guy who wanted to know if we'd be willing to play as extras in a Bollywood film, get fed, and get paid 500 rupees (about 10 euros). On top of that, the shooting would take place in a 5 star hotel with Air Con, which given the crushing heat of Mumbai (40+) sounded much like a blessing.
Tout a commence avec mon frere et moi marchant dans les rues de Colaba (le quartier touristique de Mumbai/Bombayu) et rencontrant un bonhomme qui voulait savoir si on etait interesse par un film de Bollywood dans lequel on jouerait les figurants. En bonus, on serait nourris et payes (500 roupies, soit 10 euros). En super-bonus, le tournage aurait lieu dans un hotel 5 etoiles avec air-conditionne, ce qui etant donne la chaleur ecrasante qui regne a Mumbai actuellement (plus de 40) avait l'air tout a fait merveilleux.

The shooting started the next day as promised. We were dressed as 'british business executives' (see pictures below, my ruthless-looking brother and I) welcoming the prime minister of India, and supposed to behave as such. The thing is, they did not have enough shirts and suits, so I had to keep my crumpled trekking shirt(!), while Luka the swede wore a t-shirt, shorts, and flip-flops. This was all completely ridiculous, but very funny.
Le tournage a commence le lendemain comme prevu. On etait cense etre des 'decideurs britanniques' (voir les photos ci-dessous, mon frere au regard impitoyable et moi-meme), et cense se comporter en consequence. Le probleme principal (cote costumes) est qu'ils n'avait pas assez de chemises et de costumes, donc du coup j'ai du garder ma chemise frippee de trekking, pendant que Luka le suedois se contentait de son t-shirt, son short, et ses tongs. Tout ca etait parfaitement ridicule, mais fort amusant.

The major problem was that, yes, there was a 5 star hotel, but the shooting was actually under the blazing sun (the 40+ one) in front of the hotel instead of being inside the hotel. The net result was that all foreigners started collapsing, since we were not as lucky as Aftab who had his own private umbrella-carrier with him at all times. As to me, the bastards had given me what amounts to business military boots for CEOs mad max style, which happens to be both really bizarre when worn with a suit - it is actually a sight to behold - and the most incredibly uncomfortable thing I've ever had to wear on a hot day.
Le probleme principal (le vrai, cette fois-ci), etait que certes, il y avait un hotel 5 etoiles, mais que le tournage avait lieu devant l'hotel et en plein soleil au lieu d'etre a l'interieur. Du coup, tous les etrangers ont commence a mourir en plein soleil, vu qu'on avait pas la chance d'Aftab qui lui avait quelqu'un en permanence a cote pour lui tenir une ombrelle. En ce qui me concerne, ces nains m'avaient donne des bottes militaires pour PDG version mad-max d'une laideur insoutenable : c'est a la fois franchement bizarre porte avec un costume, et monstrueusement inconfortable en plein cagnard.

All in all, the film set itself was interesting (special effects made with explosive wood???), we had to run a lot (they were filming an attempt on the life of the indian prime minister), they do not understand the word continuity (We were allowed to change tables as we wanted, I think I must have teleported from one table to another quite a few times), we got to see an extremely nice area of mumbai (the kind of super-luxury buildings that you think do not exist anywhere in the world, least of all in India) and it was a lot of fun. Bottom line : It's a bit long (12 hours), but if you get the chance to do it, go for it. You may even have to sing and dance in the middle of a cricket pitch!
Au final, le plateau de tournage etait interessant (surtout les effets speciaux faits avec du bois explosif(???)), on a beaucoup couru (ils tournaient une tentative d'assassinat sur la personne du premier ministre indien), ils ne comprennent pas ce qu'est la continuite (on avait le droit de changer de table quand on voulait, et je crois m'etre teleporte un bon nombre de fois), et on a vu une partie tres aisee de Mumbai (les batiments de super luxe qu'on pense n'exister nulle part et encore moins en Inde), et c'etait tres amusant. En deux lignes : c'est un peu long (12 heures), mais si vous avez l'occasion, profitez en. Vous pourriez meme vous retrouver a chanter et a danser au milieu d'un terrain de cricket!

The next entry (coming soon, I have almost all the pictures I need) will be about Mumbai, which was a big surprise : clean (in spite of the stench of human waste), superb architecture, normal traffic(!), no claustrophobic feeling, all the while retaining a distinct feeling of indianness.
La prochaine entree (bientot, j'ai presque toutes les photos dont j'avais besoin) sera a propos de Mumbai, qui s'est revelee etre une grosse surprise : propre (malgre l'odeur de dechets organiques humains), architecture magnifique, traffic normal (!), pas d'impression de claustrophobie, tout en conservant une certaine indianite (oui Marge, encore un neologisme. Mais bon, il doit bien y en avoir 3 ou 4 dans ce post). J'ai la peche :-)

jeudi 10 mai 2007


Ola boys and girls,
I am now in India and have been travelling for the past three weeks with my brother. The flight itself (Air India) was pretty much unremarkable, apart from one small detail : the wonderfully kitschy film from Tamil Nadu (where I was going to) they played - with english subtitles -. Basically, three minutes into the film, the hero, who sports a moustache, is 25, overweight, and busy finishing his Master of Computer Science - beauty criteria are very different over there - and has problems with his parents because they "control him totally" (says his father), confesses his love and whooosh! everybody goes to the Himalaya, starts singing and dancing incredibly cheesy and corny songs. It nonetheless put a massive smile on my face, and in many ways, the film was typical of what I have seen so far in India : everything is over the top, it can be very tiring, but all in all it makes you very happy.
Je suis maintenant en Inde, et ca fait a peu pres trois semaines que je voyage avec mon frere. Le vol en lui-meme (Air India) ne presentait rien de particulier, si ce n'est que la compagnie a diffuse un film monstrueusement kitsch du Tamil Nadu (l'etat de l'Inde ou j'allais), avec des sous-titres anglais. En gros, trois minutes apres le debut du film, notre heros moustachu et en surpoids de 25 ans (il termine son master d'informatique) - les criteres de beaute sont differents en Inde - et a des problemes avec ses parents parce qu'ils le 'controlent totalement' (dit son pere), admet aimer une certaine jeune fille et hop! Tout le monde se retrouve dans l'Himalaya a chanter et a danser une chanson parfaitement niaise et ridicule d'un kitsch acheve. Il n'empeche, ca m'a mis un enorme sourire sur le visage, et d'une certaine maniere, le film est typique de ce que j'ai vu jusqu'a present en Inde : ils en font des tonnes, ca peut etre tres fatiguant, but ca met de super bonne humeur :-)
Different beauty criteria
Ain't he beautiful?
My brother came to pick me up at the airport, and we left for Pondicherry. It was a bit strange because he speaks Tamil very fluently, and you simply do not expect a westerner to speak that kind of language. Pondicherry itself was nice, with remains of the french colonial times to be seen everywhere. You can even get a decent beefsteak, the first good one in six months...
Mon frere est venu me recuperer a l'aeroport, et on est parti pour Pondicherry. C'etait un peu curieux parce qu'il parle Tamil tres couramment, et que ca surprend de la part d'un occidental. En tout cas, ca simplifiait souvent les choses. Pondicherry elle- meme est plutot agreable, assez tranquille, avec des restes de l'epoque coloniale francaise un peu partout. On peut meme manger un steak correct, mon premier en six mois...
French influence in 

That's theory
And for those of you who would like to know who my brother is, there you go.
Et pour ceux qui veulent savoir qui est mon frere, voila.
In the end, I spent a week doing basically nothing - I badly needed that week of sitting on a couch - in Pondicherry, and getting used to the wonders of India. In particular, on the food front, the indians have pushed the 'fatfat is goodgood' ((c) (tm) Dave, think of Cassoulet) principle very very far, and any meal feels like an assault with an M16 on your stomach. The good side is that it is also very good :-) I also learnt how to eat with my right hand (never use your left hand, which is here for washing), which after chopsticks in China, and fork and spoon in SE Asia was quite new. At the end of that week, since my brother had quit his job at his NGO - he was fed up with the ridiculous amount of corruption going on - , we both left Pondy and started travelling, with the first stop being Talviniur, a small village in the middle of nowhere in the hills where my brother had spent a month a half when he was still working for his NGO. The scenery was gorgeous, the people extremely friendly, the kids afraid of us - they literally ran away and hid inside the houses -, and my brother's knowledge of Tamil very much appreciated.
Au final, j'ai passe une semaine a Pondicherry a ne rien faire - j'avais vraiment besoin d'une semaine a m'assoir sur un canape et a decouvrir les merveilles de l'Inde. En particulier, du cote culinaire, les indiens ont pousse le principe du 'le grasgras c'est bonbon' ((c) (tm) Dave, penser Cassoulet), jusqu'au bout, et tout repas ressemble a une attaque menee au M16 sur votre estomac. Mais c'est bon :-) J'ai aussi appris a manger avec ma main droite (ne jamais utiliser la gauche, qui est la pour se laver), ce qui apres les baguettes en Chine et la fourchette et la cuillere en Asie du Sud Est etait tout a fait nouveau. A la fin de ladite semaine, mon frere ayant quitte son travail dans son ONG - il ne supportait plus la corruption - , nous avons tout deux quitte Pondy et avons recommence a voyager, le premier arret etant Talviniur, un petit village au milieu de nulle part ou mon frere avait passe un mois et demi lorsqu'il travaillait encore pour son ONG. Le paysage etait somptueux, les gens tres sympathiques, les enfants avaient peur de nous - ils sont partis se cacher dans les maisons quand ils nous ont vu arriver - et le Tamil de mon frere a ete particulierement apprecie.
On the way to Talviniur
On the way to Talviniur
Leaving Talviniur

Aside from that, the situation is only marginally better than what my brother had described in one of his earlier emails : they have absolutely nothing, alcoholism is a plague - convincing them that he did not want to drink palm whisky at 8am was a bit of a challenge -, they can't do anything without outside help, and because the village is so remote (you need to walk for two hours to get to the nearest big village) many villagers die from snake bites and centipede bites. I saw one of the said centipedes, and they look like monstrous creatures that have traveled through time from the jurassic era : 10 inches long, a nice little sting, bright orange, very very quick and can kill you in six hours. The villagers promptly flattened it under a big rock, called my brother so that he could take a picture - the first time he saw one he did not know it was dangerous, just thought it was cute(?), orange, and interesting and did not understand why the villagers got really excited- , then put the rock back on the centipede to make sure that it would never move again.
A cote de ca, la situation a Talviniur n'est que legerement meilleure que ce que mon frere avait decrit dans un de ses emails : ils n'ont rien, l'alcoolisme est un fleau - les convaincre qu'il ne voulait pas de whisky de palme a 8h du matin s'est avere complique - , ils sont incapables de faire quoique ce soit sans aide exterieure, et puisque le village est vraiment au milieu de nulle part (deux heures de marche pour arriver a une simili route et un gros village), de nombreux villageois meurent de morsures de serpent et de centipedes. J'ai vu un desdits centipedes, et c'est assez monstrueux. On dirait que la bestiole vient du jurassique : ca fait 25 a 30 cm de long, a un gros dard, c'est chitineux au possible, orange vif, ca court vite, et ca vous tue en 6 heures. Les locaux l'ont donc promptement aplati sous un gros caillou, ont appele mon frere pour qu'il puisse prendre une photo - la premiere fois qu'il avait vu la bete il la trouvait jolie et cherchait a prendre une photo, et ne comprenait pas pourquoi les gens autour de lui etaient en train de hurler -, avant de remettre la grosse pierre dessus pour s'assurer que le monstre ne bougerait plus jamais.

Fashion in the area is interesting as well, with men sporting Elvis-like haircuts, moustaches and lungyis or flare trousers (?). Women tend to stick to the usual saris. My brother gave me a few explanations on the finer points of wearing a moustache : be your moustache bushy or thin, you should always dye it to make sure it is black. Same thing with your hair...
La mode dans le coin existe egalement : les hommes portent des coupes a la Elvis, des moustaches et des lungyis ou des pantalons a pattes d'elephant. Les femmes restent habituellement au Sari. Mon frere en a egalement profite pour m'expliquer les subtilites de la moustache : qu'elle soit brousailleuse ou fine (ca depend des villes et de la mode), il faut etre sur qu'elle soit bien noire et donc la teindre. Pareil pour les cheveux. Il s'est donc execute :-)
Pongodi, Oli, and Elvis
Olivier with mustache

We then left for Bangalore, capital of the indian software empire, and my first contact with a 'proper' indian city (that is, complete mayhem). As usual, everything is over the top, from road signs to the ridiculously dense traffic, which is almost all rickshaws. The said rickshaws can be pretty shrewd : our hotel was always full (they want to take you somewhere else), they would drive past the place where they were supposed to take us or use the good old fifteen vs fifty rupees trick (you agree on fifteen, and he says it's fifty). As to the traffic, I was not afraid when my driver in Phnom Penh, Cambodia was driving against the traffic. In India, even when you go with it, you're scared witless...
On est ensuite parti pour Bangalore, capitale de l'empire logiciel indien, et mon premier contact avec une ville 'typique' indienne (ie, le foutoir le plus complet). Comme d'habitude, ils en font des tonnes, depuis les panneaux jusqu'au traffic, qui est constitue presque entierement de rickshaws (l'equivalent indien du tuk-tuk thai). Lesdits rickshaws pouvaient d'ailleurs etre assez ruses, et ce meme si mon frere parlait Tamil : notre hotel etait toujours plein et il n'y avait plus de chambres de libres (nous y avions une chambre, ils voulaient simplement nous emmener ailleurs ou ils auraient une commission), ils depassaient l'endroit ou ils devaient nous emmener, et utilisaient massivement la bonne vieille astuce du fifteen (15) vs fifty (50) roupies (on accepte 15, et a l'arrivee le conducteur dit que c'etait 50. Ca s'envenime, et ca peut devenir laid). En ce qui concerne le traffic, lorsque mon chauffeur de moto a Phnom Penh, Cambodge conduisait a contresens ca ne me derangeait pas plus que ca. En Inde, j'ai peur lorsqu'on va dans le bon sens... Bizarre road signals
Road signals
Traffic in India : 


My favourite one has to be the mosque next to the city market : lights and garlands, indian/arabic techno music blasting awy at full volume, and general mayhem. That's typical of India, and I love it :-)
Mon endroit prefere a Bangalore est sans doute la mosquee a cote du marche : lumieres et guirlandes, techno arabo-indiennes a plein volume, et foutoir generalise. Typique de l'Inde, et j'adore ca :-)

India is a country of contrasts, and Bangalore could not be more different from Talviniur, the small village in the hills : enjoy giant dishes and skyscrapers, couples holding hands in parks - India is a very conservative country and teenagers usually have to hide if they want to meet with their potential girlfriend -, and a general feeling of modernity. On the subject of couples/dating, this is a topic that usually appears very quickly in conservation when you talk with indians. Most (it not all) marriages are arranged - you have to marry within your own caste, someone with money, education, etc- , dowries -although technically illegal- are still very common and indians usually do not leave their parents' home until they get married. All in all, there is a general feeling of insatisfaction, which is fueled by the bollywood/entertainment industry which promotes exactly the opposite of reality. This conservative side of India - even among the educated people - can be seen in the indian edition of Elle Magazine which had a debate on the subject of 'Marital Rape and Beatings, for or against?'. When my brother talked about it with one of his Brahman friend - the highest possible caste - , she seemed pretty unfazed...
L'Inde est un pays de contrastes, et Bangalore ne pourrait pas etre plus different de Talviniur, le petit village dans les collines : ici le theme est plutot antennes satellites et grattes-ciels, couples se tenant par la main dans les parcs - l'Inde est un pays tres conservateur, et les adolescents doivent se cacher si ils veulent voir leur (potentielle) petite amie-, et l'impression generale d'une ville moderne. Pour revenir sur le sujet des couples, c'est un sujet qui arrive assez rapidement dans la conversation avec les indiens. L'idee est que la plupart des mariages sont arranges - on doit se marier au sein de sa caste, epouser quelqu'un de riche et eduque, etc-, les dots, bien que techniquement illegales, sont toujours monnaie courante et les indiens ne quittent par leurs parents jusqu'a ce qu'ils soient maries. Tout cela genere un profond sentiment d'insatisfaction, qui est aggrave par la vision que donne Bollywood du monde, a savoir l'exact oppose. Ce cote tres conservateur de l'Inde -meme parmi les gens tres eduques- etait visible dans l'edition indienne de Elle Magazine dans lequel on pouvait lire un debat(!) sur le viol marital et les violences conjugales. Lorsque mon frere en a parle avec une de ses amies Brahmanes (la caste la plus haute), ca n'a pas eu l'air de la deranger.

We then left for a very touristy place further North called Hampi. Essentially, Hampi is a bizarre plain strewn with giant boulders and covered with about 2000 temples. The scenery is of the otherworldly kind, with giant rocks everywhere and millenia-old derelict temples on the side of the river. It also makes for a refreshing change after the hectic pace of indian cities : India is easy to travel, but the density of people is beyond anything I have ever seen. If you add to this the constant noise, then you quickly go crazy, or you go to Hampi...
On est ensuite parti pour Hampi, plus au nord, endroit tout a fait touristique. Grosso modo, Hampi est une gigantesque plaine recouvertes de gros cailloux et d'environ 2000 temples. Le paysage dechire l'univers, et le tout change agreablement du rythme frenetique des villes indiennes : l'Inde est facile a voyager, mais la densite de population est au dela de tout ce que j'ai pu voir jusqu'a present. Si vous ajoutez a ca le bruit permanent, ou bien vous devenez fou, ou bien vous partez vous reposer a Hampi...

Aside from that, the local millipedes are highly interesting, kids play Cricket with sacred cows in the background (yes, India plays cricket, and it's a very big thing over there), and after a thunderstorm, we enjoyed the strangest kind of light I had ever seen -no, no photoshopping, it really looked like that. The only downside of Hampi was that I discovered the joys of indian food poisoning. Essentially, it involves high fever (40C/104F), being delirious on your bed and hallucinating, and not eating for three days while your brother is actually wondering whether you're going to die. As to you, you're actually wondering whether it's malaria... Anyway, thanks a lot Bro.
A part ca, les mille-pattes locaux sont du genre interessant, les enfants jouent au cricket avec des vaches sacrees en fond (oui, l'Inde joue au cricket, et c'est *tres* important), et apres une tempete tropicale on a eu droite a une lumiere franchement bizarre. Le seul defaut d'Hampi est que j'ai decouvert les joies des intoxications alimentaires indiennes, qui sont constituees de 40 de fievre, delirer dans son lit et halluciner, ne pas manger pendant trois jours, avoir un frere qui se demande si vous allez crever, se demander si on a chope la malaria. Quoiqu'il en soit, merci bien frangin, je sais pas ce que j'aurais fait si t'avais pas ete la.

The last few days were spent in beautiful and friendly Hyderabad, walking among the giant tombs of Qutb Shahi and trying to teleport Star Trek-style 'Beam Me Up Scotty' from the Golconda Fort.
Les derniers jours ont ete passes dans la superbe et fort sympathique Hyderabad, a marcher parmi les tombes geantes de Qutb Shahi et a essayer de se teleporter facon Star TRek depuis le Fort de Golconda.
. DSC_8872

Right now, we are in Bombay, and the heat is getting worse and worse every day, 40+ being a common occurrence. Because India is a linguistic puzzle (more than a thousand languages), because my brother is used to speaking the local language(ie Tamil in Tamil Nadu) and because I'm obsessed with languages, we've started learning Hindi (one hour a day), and are making rapid progress : the language is fairly simple, and looks a lot like western languages, apart from the fact that the word order is Subject/Object/Verb and that the alphabet has 55 characters... Tomorrow, we plan on becoming bollywood superstars :we're going to 'act' in a film! We even get paid and fed :-) How beautiful is that?
Maintenant, on est a Bombay, et la chaleur empire tous les jours, plus de 40 etant courant. On s'habitue a tout je crois... Comme l'Inde est un puzzle linguistique (plus d'un millier de langues), comme mon frere a l'habitude de parler la langue locale (le Tamil dans le Tamil Nadu) et comme je suis obsede par les langues, on a decide d'apprendre l'hindi. Au rythme d'une heure par jour, ca avance plutot bien : la langue n'est pas tres difficile, et ressemble aux langues occidentales. Les deux differences principales sont que l'alphabet a 55 caracteres et que l'ordre des mots et Sujet/Objet/Verbe. Sinon, demain, on devient des superstars de Bollywood, puisqu'on va faire de la figuration dans un film! En bonus, on est payes et nourris. Si c'est pas merveilleux?

lundi 16 avril 2007

Aldo was there

Ola boys & girls,

Since some of you are still debating over whether Aldo was indeed in Bali (he's not very tanned, Shrek met him in Paris the day I typed the latest blog entry, etc.), I decided to settle the matter by treating my faithful and engrossed readers to a brilliantly crafted fake picture of us in fake traditional Balinese garb (complete with fake belt and fake hat) in front of a fake Balinese temple called Pura Besakih. As a bonus, your wish to see me wearing a skirt (I'm wearing a lungyi and Aldo is wearing a sarong, although to me it's one and the same thing) is granted.
Certains d'entre vous ayant quelques doutes quant a la venue d'Aldo a Bali (il est pas tres bronze, et Shrek l'a croise a Paris le jour ou j'ai tape la derniere entree du blog, etc.), j'ai decide de regler le probleme une bonne fois pour tout en gratifiant mon toujours fidele lectorat d'une super fausse photo de nous deux portant de faux vetements traditionnels balinais devant un faux temple appele Pura Besakih. En bonus, ceux qui souhaitaient me voir porter une jupe (la j'ai un lungyi et Aldo un sarong, mais bon pour moi c'est la meme chose) voient leurs voeux exhauce.

Aldo & I

samedi 14 avril 2007

Six Months and Bali

Ola Boys and Girls,
Greetings From Bali

I am now in Kuala Lumpur, and back from two weeks in Bali, where my mate Aldo joined me. Since the internet was both extremely slow and outrageously expensive on this not so small island, I decided to delay my blogging, and I'm afraid you'll have to deal with a monster post here.
The flight to Bali was interesting, because I got the chance to try out one of the most famous of South East Asia's low cost airlines, namely Air Asia - you can think of it as the local equivalent to Ryan Air/Go/Buzz. Basically, it is as low cost as it can get : you don't even get a proper cardboard boarding pass but a flimsy receipt, there is no seating rule - it's on a first in, first seated basis- , there is nothing to eat and nothing to drink, but all in all, It Works (tm) (r) (c). I also got an unexpected treat : beautiful sky and clouds with the bright red color of the plane - Air Asia's color-, it was gorgeous and I almost felt like I was orbitting around the planet.
Je suis a present a KL, et je viens de rentrer de Bali ou j'ai passe deux semaines avec mon pote Aldo. Comme le net ramait a mort et coutait une fortune, j'ai decide d'attendre un peu pour blogger, et du coup, vous allez devoir subir un post monstrueux. Amis lecteurs, soyez patients...
Le vol en lui meme depuis KL etait tout a fait paisible, mais s'est tout de meme avere interessant puisque j'ai eu l'occasion d'essayer un des low cost asiatiques les plus connus, a savoir Air Asia - c'est un peu comme Ryan Air en Europe. C'est assez marrant, parce qu'ils poussent le low cost jusqu'au bout : pas de boarding pass en carton mais un truc ressemblant a un ticket de caisse, pas de numero de siege, rien a manger ou a boire, mais ca marche. En bonus, l'avion etant rouge vif et le ciel superbe, ca fait de jolis photos.
From the plane
Air Asia

Once at the airport, you discover the single most annoying aspect of Bali : very very persistent touts, who cannot be trusted. Actually, I do believe that the following rule of thumb should be applied whenever spending time in the touristy parts of Bali : Trust No One, and even if you do, be extra wary. Anyway, after a few tens of minutes of bargaining and of fighting away a tout who was adamant on there being no place cheaper than twelve dollars a night (!), I finally got a taxi, and ended up in Kuta, which happens to be both the main resort town of the island and also The Tourist Den From Hell/Vice City.
Une fois arrive a l'aeroport, on decouvre l'aspect le plus agacant de Bali : les innombrables hordes de vendeurs de rue en qui on ne peut avoir confiance. Mon experience a Bali se resume a : Ne Faites Confiance A Personne. C'est penible, c'est dommage, et on ne veut le plus souvent pas traiter les gens de cette maniere, mais c'est comme ca. A l'aeroport, un bonhomme essayait de m'expliquer que je ne trouverais rien de moins cher que 12 dollars (j'ai trouve une chambre double a cinq!), et j'ai mis un certain temps a obtenir un taxi a tarif correct qui m'a emmene dans l'antre du vice, Kuta.
Once there, I met a group of seven frenchmen who had been travelling (and had actually met) in Australia for the past six months on the Working Holiday Scheme, and spent three days reading and talking, while Aldo was flying across the globe. In typical french fashion, some of them still did not speak english after six months in Australia, since they had been staying between french. When will people back home - I blame our education system and our belief in our linguistic superiority - at last understand that french will never be the international language, and that english has won?
Une fois sur place, j'ai passe quelques jours a lire, me detendre, et discuter avec une bande de francais super sympas qui venaient passer six mois a bosser/voyager en Australie.
Aldo finally arrived (picture down there, with sunglasses), and we started exploring the neighborhood. Basically, Kuta is famous for two reasons : it is the local Vice City (you can buy women everywhere, and most people are here to get drunk and party), and it has a big beach - which is also incredibly dirty- where people go surfing. And I love the color of the sky :-)
Aldo a fini par arrive (c'est lui avec les lunettes de soleil), et on a commence a se promener. Kuta est connu pour deux raisons: c'est l'endroit dedie a la fete dans l'ile (femmes, alcool, drogue, etc.) et il y a une grande plage tres sale sur laquelle les gens vont surfer. Note : la couleur du ciel est superbe.
Kuta Beach (2)
Kuta Beach (1)
The thing is, after one or two days in Kuta, you want to leave. I don't even understand why people come to Bali if it is to spend two weeks in Kuta : you can find the very same thing everywhere in the world.
Le truc, c'est qu'apres deux jours a Kuta, on en a un peu marre : il n'y a pas grand chose a faire (a part faire la fete), et je me demande bien pourquoi les gens viennent passer deux semaines ici sachant qu'on trouve la meme chose a la maison.

We therefore decided to leave for Ubud, about 50 km north, which is supposed to be the heart of Balinese culture. Ubud itself is an overgrown village famous for its billions of painters, who all have small workshops which you can visit, but which also all produce exactly the same thing, mostly western art mixed with a slightly balinese influence. It took me a while to understand why, but it apparently stems from the fact that Bali has been a tourist island for centuries, that many western painters settled around Ubud in the 30s, and actually founded the local art industry. The net result is that Ubud does not feel Balinese at all and explains why tourists love it! One strange thing happened though : I stumbled upon Aaron, who's an american journalist I had met a month and a half ago in Bangkok...
On a donc fini par partir pour Ubud, a 50 bornes au Nord, qui est cense etre le centre culturel de Bali. En pratique, Ubud est un gros village - qui a grandi trop vite- connu pour ses myriades de peintres aux ateliers qu'on peut visiter et qui produisent tous exactement la meme chose (un melange d'art occidental avec une pointe de balinais). Je ne comprenais pas trop pourquoi ils faisaient ca, mais en fait c'est apparemment du au fait que Bali est une ile touristique depuis plusieurs centaines d'annees, et que des peintres europeens se sont installes a Ubud dans les annees 30 et ont fonde l'art balinais d'Ubud. Le resultat est que tout ca n'a pas l'air super depaysant et que les touristes adorent ca. Un truc qui n'a rien a voir : je suis retombe sur Aaron, journaliste americain que j'avais rencontre a BKK il y a un mois et demi.
We had a bit of time, so we went to Purah Besakih, which happens to be the main temple of the Island. Bali has indeed a peculiarity : it is a pocket of hinduism in the middle of the most populous muslim country on the planet. There are hindu temples everywhere, you will find offerings on the ground in front of every single house, guesthouse or 5-star hotel. We were lucky, since the we were there at the time of the biggest festival of the year.
We had once again problems with the locals : we showed our tickets, and the man at the entrance said that we needed a guide - in spite of the massive poster behind him that proclaimed that guides were available if we wanted -. I asked why we needed one since the poster did not say it was mandatory, to which he shouted back that I did not understand and had to take a guide. We said no, he let us go (he really was trying to intimidate us) and hired a guide later on. The said guide happened to be really really good, and very talkative. In particular, he mentioned the bombings of Kuta - a city which he didn't seem to like - in 2002, which to him had occurred "because the people there have lost their religion". He then added that tourism had dropped by about 80% after the bombings and that it didn't bode well for the island.
Comme on avait du temps, on a utilise Ubud comme base de depart, et on est parti a Purah Besakih, qui est le temple principal de l'ile. Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que si l'Indonesie est le plus grand pays musulman du monde, Bali est elle principalement hindoue. Il y a des temples partout, des offrandes devant toutes les maisons, hotels 5 et etoiles et autres arrets de bus. Comme on avait de la chance, on est arrive au moment du plus grand festival hindou de l'annee.
Comme rien n'est jamais parfait, on a aussi eu des problemes avec les locaux : on arrive a l'entree, on montre notre ticket, et le bonhomme qui verifie nous explique qu'il nous faut un guide. Je lui demande pourquoi il y a un enorme panneau derriere lui qui dit "il y a des guides si vous voulez". La dessus il commence a s'exciter, se leve, et nous crie dessus qu'on ne comprend pas et qu'il nous faut un guide. Au final, on a dit non, et il nous a laisse passer : je deteste quand les gens me forcent a acheter quelque chose.
Ca ne nous a pas empeche de prendre un guide tres sympathique plus tard, qui etait assez bavard, et a parle des bombes a Kuta - ville qu'il n'aime manifestement pas - en 2002 et qui d'apres lui venaient du fait que les gens la bas "avaient perdu leur religion". Apparemment, 80% des touristes sont partis apres les bombes, et l'ile a vraiment du mal a redemarrer. C'est bien simple, tout etait vide.
Pura Besakih
Pura Besakih
Going to the ceremony
Other than that, the entire island of Bali is covered in lush green vegetation, be it jungle, rice paddies, or any kind of green stuff. Suffice it to say, it is beautiful.
A part ca, l'ile etant volcanique, elle est couverte de tout ce qui est possible et imaginable ayant une couleur verte.
Rice Paddies

After two days,we decided to move to Gunung Batur, which is a climbable and active volcano in the middle of the island. We arrived with a regular shuttle bus, and a local at the bus station asked us if we needed to go somewhere. We answered that yes, we needed to go hotel x in town y. He said he would take us there. Fifteen minutes later, we walked into a hotel. Since I didn't see any sign at the entrance, I could not check whether is was the right hotel or not. Two hours later, we realized that there were two entrances to the hotel, one with a sign and one without, and that the bastard had taken us to the second entrance. We were not in the right hotel, nor in the right town. In the end it was not that big a problem. What is annoying is that you cannot rely on the locals to take you somewhere, to answer a question, or anything that may even very indirectly bring money to them. Because you get constantly harassed, and lied to, you become aggressive with the locals and start swearing you will never come back.
Apres deux jours la bas, on a fini par partir a Gunug Batur, volcan actif et grimpable situe au milieu de l'ile. On est arrive avec un bus, et un balinais nous demande ou on avait besoin d'aller. On lui dit qu'on va a l'hotel x dans la ville y, et il accepte pour un certain prix. Quelques heures plus tard, nous realisons qu'il y avait deux entrees a l'hotel auquel il nous avait emmene - un avec panneau l'autre sans-, et qu'on n'est ni au bon hotel, ni dans la bonne ville. Au final, ca n'est pas la fin du monde, mais c'est juste profondement agacant, d'autant plus qu'on devient lentement mais surement agressif avec la population.
The next day, we nonetheless climbed up the volcano - we unfortunately could not see the crater since the weather was bad -, but the surrounding area is some kind of green explosion thanks to the very fertile volcanic soil. I also met one of my former colleagues at AXA who was there with his wife on their honeymoon : talk about bizarre coincidences.
Le lendemain, ca ne nous a pas empeche de grimper en haut du volcan et de rater le lever de soleil (trop de nuages), mais le coin etait quand meme superbe. Dans la famille coincidences bizarres, j'ai aussi croise un de mes anciens collegues de boulot chez AXA!
Gunung Batur (4)
Gunung Batur (3)
Gunung Batur (2)
Gunung Batur (1)
Leaving the area for Lovina happened to be more difficult that expected, since we were in the middle of nowhere. The owner of the hotel wanted to extract an insane amount of money from us, so we started walking on the road until we met two smiling elderly Balinese who offered to take us up the hill where we could catch a local bus. Once up there, a 'friendly' local decided to help us and kindly informed us that he would stop a passing bus for us and that the price of a ticket was twice what was expected : this is Bali, and even taking local transport is painful, for the local rules don't apply to you. Ten minutes later, a minibus driver - soon to be joined by two of his friends - came to tell us that today there was no bus, and that we therefore had to charter the entire minibus. After twenty minutes of patient negotiations (including Aldo : 'we have time, we will wait for the bus', the guy :'ok then. one day, two days maybe.'), I spotted a cop who had been staring at our lively discussion for the past 20 minutes. I went to him, while Aldo kept the four predators at bay. Five minutes later, a bus came by, the cop blew his whistle, stopped the bus (good), and before we could do anything, the 'friendly' local had informed the bus driver that we had to pay twice the price (bad). We left the place really pissed off.
Repartir au Nord pour Lovina s'est revele plus difficile que prevu, vu qu'on etait au milieu de nulle part. Le patron de l'hotel voulant nous faire payer une somme astronomique (soit disant parce que les routes sont mauvaises alors que les routes de Bali sont excellentes). On commence donc a marcher sur la route avec nos sacs a dos, puis on tombe sur 2 vieux balinais souriants qui nous proposent de nous monter en haut de la colline et d'attendre le bus avec nous. Manque de chance, un autre local decide qu'il va se faire de l'argent sur notre dos, et nous explique qu'il va arreter le bus pour nous. Il nous donne le prix du bus, qui est en fait le double du prix normal. Un peu plus tard, deux de ses amis arrivent, et nous explique qu'il n'y a pas de bus aujourd'hui, et qu'il va falloir louer un minibus entier a deux. Aldo leur dit "nous avons du temps", ils repondent "un jour ou deux alors". Ces nains devenant insistant, je vais voir un policier qui avait une bonne tete et qui arrete un bus qui passe. Manque de chance, le local insistant du debut a deja explique au conducteur qu'on doit payer le double, et de guerre lasse on accepte. Au final, on est parti vraiment pas content : a Bali, les services locaux sont plutot delicats a obtenir pour un touriste.

Once we reached Lovina (north of the island), things changed completely. Basically, the area is very relaxed, there are almost no touts and no tourists, and the local people are amazingly friendly. Once there, after two days of relaxing - we hired a local to take us to to Danau Bratan, which is a big volcanic lake. There is another major temple in the middle, and the scenery is absolutely stunning.
Une fois a Lovina (au Nord), tout a change : c'est tranquille, les gens sont super sympas, et apres deux jours passes a ne rien, on n'a loue une voiture avec un chauffeur qui nous a promene a droite et a gauche. En particulier, on est alle au Lac Bratan, qui est un lac volcanique avec un temple au milieu. C'est superbe.
Water Temple (2)
Water Temple (3)
Water Temple (1)

We spent our last two days in Padang Bai, which is the port city from where ferries to Lombok (Bali's sister Island) depart. We also went snorkelling (and swimming with schools of angel fish and other funky marine life) on one of the small fishing boats on the pictures. Again, spectacularly friendly people : we were having a cup of the most excellent balinese coffee on the beach, and the lady in charge asked us how long we were planning to stay. We said that we were leaving the next day. About half an hour later, as night was falling, she came back to us and gave us two boxes of biscuits for our long trip back home. Like most locals we'd talked to, she seemed extremely concerned as to whether we would come back the next year, or at least tell our friends to come. Bali depends on tourism, and is presently suffering a lot.
On a passe nos deux derniers jours a Padang Bai, ville portuaire d'ou partent les ferries pour Lombok. On en a profite pour faire du snorkelling (tres sympa, je continue la liste des poissons du Monde de Nemo) sur un bateau de peche (cf photos ci-dessous). Les locaux etaient adorables : pendant qu'on regardait la plage tout en buvant une tasse de l'excellent cafe balinais, la dame responsable est venu nous demander combien de temps on restait. Lorsqu'on lui a dit qu'on partait le lendemain, elle est revenu pour nous donner des biscuits pour la fin du voyage.
De maniere generale, comme la plupart des balinais avec qui nous avons discute, elle etait tres preoccupe par le fait que les touristes ne venaient plus, et esperait donc qu'on revienne l'an prochain.
Fishing Boats (2)
Fishing Boats (1)

All in all, I consider Bali to be an excellent destination for a family or a bunch of friends, as long as you don't stay in the south and don't go crazy with the touts and the dishonesty of some of the locals . However, anybody who's looking for something really new and different from home, or actually any kind of cultural shock will not find it. When we were there, 80% of all people were american families and new age travellers - which has a huge surprise since americans don't seem to travel-, who could find a bit of novelty, gorgeous weather, and tons of things to do with their kids (which incidently balinese people love), a few korean honeymooners, and very few backpackers. Basically, the island is filled to the brim with tourists who do not care about the island's culture, or will only accept a slight deviation from what they know : this is mainly (but not only) what Bali has to offer. Is Bali overrated? Yes, especially on the beach front, which is absolutely ridiculous compared to Malaysia, and on the cultural side, which seems slightly dumbed down for foreigners (Ubud comes to mind). Will I come back to Bali? Yes, with my family. Au final, Bali me parait etre une excellente destination pour une famille ou une bande de potes, tant qu'on reste loin du sud et qu'on arrive a supporter les vendeurs et la malhonnetete de certains locaux. Cependant, il faut bien noter qu'a Bali on ne trouve ni choc culturel ni grosse difference avec ce qu'on a a la maison. Quand on etait la, 80% des touristes etaient des familles americaines ou des hippies americains - ce qui etait etonnant, vu que les americains ne voyagent pas du tout - , qui trouvent a Bali du soleil, un temps magnifique, et des gens pour s'occuper de leur gamin (les balinais adorent les gamins). Les autres etaient des koreans en lune de miel, et quelques backpackers. En substance, l'ile est remplie de gens qui ne sont pas tres preoccupes par la culture de l'ile et ne veulent accepter qu'une legere difference avec ce qu'ils connaissent deja : voila ce que Bali a a leur offrir.
Est-ce que Bali est surestimee? Oui, que ce soit a propos de la plage ou de l'aspect culturel, qui est edulcore pour les etrangers. Est-ce que je reviendrai a Bali? Oui, en famille.

In other news, it's been six months since I've left France and I'm flying on the seventeenth to Chennai, India, where I will meet my brother. I will miss South Asia, will come back there for sure one of these days, but it is time for me to move on. My favourites so far ? China, Burma, Lao, Malaysia (in no particular order).
A part ca,ca fait six mois que je suis parti, et je repars le 17 pour Chennai en Inde, ou je retrouverai mon frere (teasing: j'ai recu des histoires rigolotes ces derniers temps). L'Asie du Sud Est et son cote profondement bordelique melange au bouddhisme va me manquer, et je reviendrai certainement ici. Mes preferes? la Chine, la Birmanie, le Laos, et la Malaisie (sans ordre particulier).

lundi 26 mars 2007

Kuala Lumpur/Singapore

[Disclaimer : cette entree est a titre experimental a moitie en anglais a moitie en francais. Si ca ne vous plait pas et si vous considerez que j'ai trahi la langue de moliere et que je suis un agent de la perfide Albion, n'hesitez pas a m'envoyer durians, poupees vaudou, et autres instruments de torture medievaux]
[Disclaimer : this is an experimental pseudo-bilingual entry. Since a) I'm French b)Some people who read this blog can't speak/read english, the said blog will always be primarily in French, with some English thrown in for good measure whenever I have the time. If you disagree, feel free to send me durians, voodoo puppets or any carefully and skillfully crafted explosive device]

Ola boys and girls,

Je suis a present de retour a Kuala Lumpur, apres avoir passe quelques jours a Melaka (qui ne m'a pas fondamentalement marque mais qui s'est averee parfaitement reposante) et Singapour. A mon grand regret, KL n'est pas ce que j'attendais : oui c'est une capitale asiatique, mais c'est surtout un centre d'affaire ou l'on trouve plus de centres commerciaux ultra modernes- certains sont d'ailleurs de veritables oeuvres d'art- que d'habitants, et du coup la ville parait un peu froide et sans ame : on est a des annees lumieres de la bourdonnante Bangkok.
After a few days in Singapore and (unremarkable yet relaxed) Melaka, I am now back in KL, which happened not to be what I expected at all. Basically, while being yet another sprawling Asian megacity, it is mainly a giant business center where futuristic - some of them are literally works(?) of art - shopping malls abound and seemingly outnumber the people. The net result is that the city feels cold and soulless, miles away from vibrant and gritty Bangkok.

Evidemment, tout n'est pas completement affreux : j'ai pu assouvir ma passion pour les grattes ciels avec les monstrueuses Petronas towers (463m de haut, ca fait peur), et experimenter la version locale du hamburger qui consiste a envelopper le steak dans un oeuf au plat et a ajouter de la sauce tres epicee, de la mayonnaise, du ketchup et du vert : bourrin certes, mais fracasse gustativement. sisi. En bonus -ca n'a rien a voir avec le burger - , on trouve aussi a droite et a gauche des batiments avec une architecture typiquement islamique, il y a un parc a oiseau avec des canards tropicaux sortis de l'espace et un parc d'attraction (!) au septieme etage d'un des centres commerciaux...
However, 'Always look on the bright side of life' said Monty Python, and KL is not all bad : the ridiculously tall Petronas Towers (a scary 463m) did manage to satisfy my passion for skyscrapers, and I also got the chance to sample another one of the local street delicacies, namely the Malay Streetburger ( (c)(tm)(r) Dave). Basically, you wrap the meat in a fried egg, add sweet chili sauce, mayonnaise, ketchup, and lots of green stuff and end up with a fairly filling sandwich that also rips the fabric of space-time tastewise. In other news, islamic architecture can be seen in various places around the city, along with a bird park where mutant tropical ducks from outer space live and a theme park(!) on the seventh floor of one the shopping malls...

Singapour quant a elle est pour le moins tres particuliere : c'est cliniquement propre, tout est rutilant et ultra moderne - il n'y a que des tours, et les trois occupations principales semblent etre manger, faire du shopping (cf le panneau 'more shops' sur la photo trop sombre) et voir son budget s'evaporer.
Singapore is very, very very peculiar : pristine, immaculate, all skyscrapers, and modern enough to make scifi authors blush. From what I've come to understand, the three main things to do over there are : eat, shop (hence the 'more shops' sign on the picture) and haemorrhage singapore dollars.
Singapour est en fait assez atypique parmi les villes asiatiques que j'ai vu jusqu'a present. Habituellement, c'est le foutoir le plus complet qui regne, les villes sont denses, sales et etouffantes et on a vraiment l'impression que des gens vivent la. A l'inverse, Singapour c'est ordonne, aere, propre, pas etouffant, et on a vraiment l'impression que personne n'y habite. N'appreciant guere l'endroit - j'ai vraiment mal reagi apres m'etre perdu dans un des des centres commerciaux -, je ne me suis pas eternise et suis rentre a KL ou j'attends de partir pour Bali ou je vais retrouver mon pote Aldo :-)
I do find Singapore to be quite atypical amongst the many asian cities I have seen so far : whereas these cities are dense, dirty, choking, bedlam-esque, and alive, Singapore is clean, airy, orderly, and feels like one giant uninhabited shopping mall. Since I did not appreciate Singapore that much - I will admit that after getting lost in one of these godforsaken shopping malls I wanted to bang my head against a wall and was hard at work badmouthing the city -, I went back to KL. I am flying the day after tomorrow to Bali where I will meet my mate Aldo :-)

vendredi 16 mars 2007

Penang, Cameron Highlands and KL

Ola boys and girls,
Je suis arrive a Kuala Lumpur, etouffante capitale de la Malaisie - l'humidite et la chaleur sont de l'ordre du violent ici apres quelques jours passes a Penang et dans les Cameron Highlands. Bien evidemment, c'est toujours aussi multiculturel...

Penang est assez enorme dans le genre : Little India (j'ai achete un Lungyi, sorte de jupe pour homme portee en Inde monstrueusement confortable quand il fait chaud), Chinatown (evidemment), les malais musulmans, des mosquees, des temples hindous avec des indiens autour et des lampions chinois.
Mosque, Indian people, and Chinese lamps
On y trouve egalement les indispensables motos conduites par des magiciens qui font tout le charme de l'Asie du Sud-Est...
Egg carrier!
La ou ca devient vraiment funky c'est quand on va visiter un des temples claniques (ca s'appelle comme ca parce qu'au depart c'etait des temples prives appartenant a des societes partiellement secretes). D'un cote, on est bien en Chine : tout est ecrit en chinois, on n'a pas le droit de bruler des batonnets nucleaires d'encens de plus d'1m20 - les trucs qu'ils brulaient en Chine etaient de vrais troncs d'arbre-, il y a des gros lampions de partout, et les tapisseries qui vont avec.
Chinese incense in Malaysia
Chinese Clan Temple
Tapestry (1)
On continue a se ballader dans le temple, et la on se rend compte qu'on est quand meme en Malaisie, puisqu'il y a une statue d'un garde indien de l'empire britannique (avec un turban)du temps de l'empire britannique a l'entree dudit temple chinois!
British Indian guards in a Chinese temple (1)
British Indian guards in a Chinese temple (3)

Je crois que cet espece de melting pot culturel geant ou tout le monde se melange est vraiment ce qui me plait dans ce pays. On trouve a tous les coins de rues des traces des differentes cultures, que ce soit dans les temples (le Kek Lok Si qui est partiellement thai, partiellement chinois, et partiellement birman!), les panneaux (la nouveaute ici est qu'il y a du tamoul en plus du jawi, de l'anglais, du chinois, et du malais), et bien evidemment les vieilles maisons coloniales anglaises.
Kek Lok Si temple
Multicultural Penang
Old colonial house
Je trouvais tellement bizarre que tout le monde s'entende bien que je suis alle faire un peu de lecture sur wikipedia. Apparemment ils se sont vaguement bagarres en 69 -essentiellement parce que les chinois minoritaires tenaient deja l'economie et que les malais majoritaires etaient beaucoup plus pauvres-, puis a partir de 81, Mahathir Mohamad a pris les renes du pays et a applique le bouquin qu'il avait ecrit apres 69 dans lequel il pronait une forme d'affirmative action pro-malaise, ainsi que l'affirmation d'une identite nationale (via la langue en particulier), le tout ayant pour objectif de reunir tout le monde apres avoir corrige le desequilibre economique. Et bah curieusement, ca a marche. En meme temps, ce sont des gens qui habitent ensemble (chinois, anglais, indiens) depuis au moins 200 ans donc ce n'est pas comme si ils ne se connaissaient pas, et je suppose que c'est l'element le plus important ici.
Une petite curiosite egalement (enfin pas tant que ca, mais ca me parait interessant) : on a completement oublie a l'ouest que la croix gammee a une signification positive dans toutes les autres cultures. Du coup, on peut en trouver sur la poitrine d'un Bouddha...

Jusqu'ici on a parle batiment, mais il y a beaucoup plus interessant, a savoir la cuisine. Vu que je voyage depuis 15 jours avec Sebastian le fin gourmet qui a eu la bonne idee de passer deux ans a Singapour, j'ai pu profiter d'un specialiste de la cuisine locale qui s'est fort sympathiquement charge de me faire gouter deux a trois nouveaux plats tous les jours. Vu que la cuisine locale est monstrueuse, je ne me suis pas fait prier.
J'ai donc eu droit a de la cuisine indienne, a de la cuisine chinoise, et surtout a la cuisine malaise, melange improbable de tout ce qui a jamais existe dans la region. C'est tres bizarre: a chaque bouchee le gout est different (ils melangent tout et n'importe quoi) et on a l'impression de manger quatorze plats a la fois. Du coup c'est plutot deroutant, mais on finit par s'y habituer. Sebastian decrit la cuisine europeenne comme 'one-dimensional' par rapport a la cuisine locale qui est elle 'multi-dimensional'. Dans mon top du bizarre pour l'instant : Fruit Rojak, improbable salade de fruits et legumes (concombres, navets, gingembre, pommes, ananas, mangues) avec une sauce epicee (comprendre piment, pate de crevette, pate de haricot, sucre et citron), des cacahuetes pilees et deux trois trucs encore. Apres la premiere bouchee on trouve ca bizarre, la seconde franchement etrange (ca n'a pas le meme gout qu'a la premiere), la troisieme on se dit que c'est n'importe quoi (encore un nouveau gout), et apres on trouve ca rigolo et on le mange avec plaisir. Cela dit, le gouteux Eis Kechang (glace pilee, sucre brut, eau de rose, et divers types de haricots rouges au fond le tout surmonte d'une boule de glace a la vanille) n'est pas mal non plus. Et je suis aussi tombe amoureux du Laksa (ca veut dire 10000 ingredients), qui est juste hors concours, et du Satay (brochettes de poulet et de boeuf dans une sauce aux cacahuetes/piment, Sebastian a d'ailleurs reussi a obtenir la recette du Chef) qui est tout simplement la meilleure brochette du monde ainsi que du singapourien (et classique) Chicken Rice. J'en ai aussi profite pour manger du Durian, fruit a l'odeur infernale - il est banni des hotels et des avions!- mais au gout tres particulier, a mi-chemin entre une mangue et ... un camembert.
Ce qui est pratique, c'est que tout est disponible dans des 'food courts', especes de marches couverts avec des tables au milieu qui rappellent les marches de nuit chinois ou thailandais. On debarque, on va de stand en stand (chaque vendeur est specialise dans un truc et a sa reputation) et ils apportent tout ce qu'il faut. En bonus, c'est pas cher, et on peut faire un excellent repas pour deux a trois euros. Ces food courts (avec les marches de nuit) sont sans aucun doute un des elements que j'apprecie le plus en Asie : certes il y a la diversite culinaire, mais il y aussi le cote communautaire, le fait que tout le monde se rassemble le soir pour manger au meme endroit, et sans le cote guinde (ni le cout, y compris pour les locaux) des restaurants a l'ouest. J'irais meme jusqu'a m'aventurer et dire que manger a l'exterieur est vecu ici non comme un privilege mais comme une necessite : la communaute prime sur l'individu?
Ces food courts ont aussi l'air parfaitement anarchique, en d'autres termes typiquement asiatique, et en complet desaccord avec l'habitude occidentale consistant a construire des grosses cathedrales : en l'occurrence, la ou nous aurions une grande cafeteria, ils ont pleins de petits vendeurs. Le tout est auto-regule et presque organique, exactement comme les villes au traffic indescriptible qui permet tout de meme a un pieton de traverser (Bangkok par exemple). Dans une certaine mesure, ces marches me paraissent etre le reflet de la difference entre l'asie et la culture occidentale : nous avons tous des regles (nous plus qu'eux), mais si nous les considerons comme absolues, eux les considerent plus comme des 'guidelines' et dansent fluidement autour (comme un pieton traversant la rue a Bangkok...).

Tout ca pour dire que Penang c'etait super, et que la seule difficulte c'etait la chaleur : 100% d'humidite dans l'air et 34 degres, c'est difficilement soutenable (rien a voir avec un 34 europeen) et ca empeche de dormir. Du coup, on est reparti dans le centre du pays, a savoir a la montagne, dans les Cameron Highlands. Comme c'est a 2000m, il fait une temperature impeccable (environ 25 en journee), mais sans l'humidite ultra violente de la plaine. Le seul hic, c'est que si le soleil tropical brule deja normalement (mon dos s'etait decolle pendant le snorkelling aux Perenthians), a 2000m ca devient vraiment n'importe quoi. Creme solaire mon amour...

Les Camerons Highlands, c'est comme l'Angleterre. C'est d'ailleurs tellement comme l'Angleterre que les anglais ne s'y sont pas trompes, s'y sont installes, et ont fait pousser du the -excellent soit dit en passant-. On y retrouve un climat britannique - complete with fog- , des collines verdoyantes, et on peut meme acheter des fraises.
Tea Plantation (4)
Tea Plantation (2)

La ressemblance finit tout de meme par s'arreter quelque part, puisqu'il y a aussi de la jungle dans le coin, meme a 2000m. J'ai donc eu la joie de pouvoir admirer mes premieres plantes carnivores tropicales dans leur element (la foret, surprise) tout en marchant sur une epaisseur de 3m50 de compost et au milieu d'arbres integralement recouverts de mousses geantes.
Pitcher plants

Depuis, arrivee a Kuala Lumpur dans un bus super-VIP (il y a normal, VIP, super-VIP) incroyablement confortable -c'est infiniment mieux qu'une premiere classe de TGV et ca coute 25 ringgits (6 euros) pour un trajet de 6 heures. Je lorgne sur les super-executive qui sont en fait des bus-avions business class: 16 sieges, un 'personal entertainment system' (je ne connais pas les details), et un siege qui masse le dos. Apparemment il y en a qui assurent la liaison Johor Bahru-KL. Je vais donc essayer ca a un moment :-)
A peine arrive a KL, j'ai eu droit a ma premiere pluie tropicale. Bon bah, c'est violent, mais alors monstrueusement violent, et ce que j'ai eu etait -d'apres Sebastian- parfaitement soft. Pour la petite histoire, le niveau d'eau sur les photos est atteint en quinze/vingt minutes. Une demi-heure plus tard il n'y a plus rien.

Je vais donc proceder dans les jours qui viennent a la visite de KL : il y a pleins de grattes ciels a l'architecture exotique, une des plus grandes mosquees du monde (je suis curieux), c'est une grosse ville, et les malais sont toujours aussi zen (j'ai mis du temps a comprendre ce qui etait bizarre ici : personne ne crie sauf les chinois) donc je suis content. Et comme d'hab, j'ai la peche :-)

vendredi 9 mars 2007

Gloups, je suis un poisson

Ola boys and girls,
Me voila arrive en Malaisie, et apres quelques semaines d'absence, il est plus que temps de donner des nouvelles. J'ai donc fini par quitter Bangkok avec mon visa indien en poche et un billet d'avion depuis Kuala Lumpur, apres avoir dit au revoir a la petite troupe des voyageurs rencontres dans la guesthouse ou j'etais : Sylvain le francais (photo ci-dessous),Val la prof d'anglais cinquantenaire alcoolique, Tai le hollandais qui cherchait a obtenir la nationalite Thailandaise sans parler Thai, et Simon le colombien habitant en Allemagne avec sa copine Irlandaise.

J'ai donc enquille 24h de bus pour arriver a la frontiere sans aucun attentat (il y a des separatistes musulmans au sud de la thailande) et apres une traversee express, suis rentre en Malaisie par la cote est, a Kota Bharu. La premiere constation qu'on fait, c'est que c'est musulman. Le changement est visible des le sud de la Thailande, mais la, c'est assez spectaculaire : femmes voilees dans tous les sens, mosquees de partout, on est bien dans un autre pays. Du coup ils ont deux systemes d'ecriture : l'alphabet latin que nous utilisons, et un derive de l'alphabet arabe -les arabisants parmi vous reconnaitront sans doute quelques differences-. Accessoirement, certains parlent un peu arabe (sisi), et les librairies sont remplies de livres dedies a l'etude de l'Islam.
Multicultural (1)
Multicultural (2)
Comme le monde est petit, j'ai aussi rencontre dans ma guesthouse un francais (rares, ily a 80% de britanniques, pour la plupart arrivant d'Australie et de Nouvelle Zelande) habitant a Shanghai qui se trouvait connaitre un de mes ex-condisciples de l'ENSAE...

Une des raisons pour lesquelles les gens s'arretent a Kota Bharu, c'est pour aller sur les iles Perenthians, iles paradisiaques (je pese mes mots) sans touristes, sans electricite - a part quelques generateurs-, sans internet - sauf connection GSM hors de prix- mais avec plages spectaculaires, plongee, et snorkelling (masque/palmes/tuba). J'ai donc pris par le plus grand des hasards un bateau pour la bas.
Blue Lagoon
Il faut bien reconnaitre que l'endroit est monstrueux.
Blue Lagoon
Pulau Kecil, Long beach
J'en ai donc profite pour vaincre ma mefiance (certains diront peur) de l'eau, nager avec des tortues geantes et des requins, parler avec des poissons clowns (c'est assez genial de voir Nemo sortir de son anemone et nous regarder dans les yeux) et decouvrir le monde merveilleusement colore de la mer (j'aime bien les stingrays). J'ai aussi pu confirmer ma theorie qui affirme que toutes les formes de vies sont de pres ou de loin reliees au lapin, puisqu'il existe bien un poisson-lapin (sisi). Malheureusement, pas de photos, m'ayant pas de boitier etanche pour mes appareils :-(
Cerise sur le gateau, j'ai passe un brevet de plongee, ce qui s'est avere aussi merveilleux que ce qu'on m'avait annonce : on a vraiment l'impression de voler/flotter dans l'espace - c'est difficilement explicable- et voir tout le monde remonter d'un coup vers la surface est juste parfaitement bizarre.

Comme les Perenthians sont assez isolees, tout le monde vient avec des petits bateaux -on est loin des gigantesques ferries thailandais- affretes par les habitants des iles, qui se sont averes super sympas et ont passe un certain temps a nous (Jo, charmante britannique, et Sebastian, fort sympathique Allemand membre du Chaos Computer Club et bon specialiste de la Malaisie avec qui je voyage depuis) expliquer les vertus medicinales du concombre de mer bouilli (veridique).
Perenthian Islands, boat (3)
Perenthian Islands, boat (2)
Perenthian Islands, boat (1)
J'ai aussi experimente la pose lente sans pied (30 secondes) par une nuit de pleine lune, le resultat est marrant (meme si un peu douteux).
Night shot

Apres 10 jours sur place, nous avons decide de partir, etant donne qu'on etait en train de prendre racine. La, je suis a Penang, ancienne ville coloniale et fabuleux melting pot : indiens (qui parlent Tamoul et vont dans des temples hindous), chinois (qui parlent Hokkien, un dialecte du sud de la Chine et ont des temples dedies a Lao Tseu, Confucius et Bouddha), et malais (qui parlent Malais et parfois arabe et sont musulmans) cohabitent dans le meilleur du monde - les panneaux sont un peu dans toutes les langues- , et tout le monde se melange gaillardement, sans heurt et sans probleme. Je me demande comment ca fonctionne et pourquoi ils ne se battent pas, mais en tout cas ca me rejouit.

D'apres Sebastian -il vient de passer 18 mois a Singapour et connait bien le coin- , c'est a l'image du reste de la Malaisie, ce que je veux bien croire. Le pays est extraordinairement agreable, et les gens d'une infinie gentillesse. Cerise sur le gatel, la langue s'apprend tres facilement : elle ne se decline/conjugue pas du tout, n'est pas tonale, utilise l'alphabet latin, et est parlee aussi en Indonesie. Une des consequences de cette simplicite est que quand on demande a un malais un bouquin pour apprendre la langue, il donne un dictionnaire puisqu'il n'imagine pas (fort logiquement d'ailleurs) qu'une langue puisse etre conjuguee.
Un dernier aspect interessant (et une des raisons pour lesquelles je voulais venir en Malaisie)est que le pays est majoritairement musulman (70% de malais, les 20% de chinois et 10% d'indiens restant ne l'etant pas), et reussit parfaitement bien : il est meme plus riche que la Thailande. Le contraste avec les pays du golfe - la Malaisie tire egalement la majorite de ses revenus du petrole - est saisissant.

Quoiqu'il en soit, je vais passer cinq semaines en Malaisie au lieu des trois prevues initialement. In other news (rien a voir, mais je ne savais pas ou le mettre), j'ai rajoute dans la barre a droite les blogs des voyageurs rencontres jusqu'a present qui en avaient : Anne et Oli mes deux belges preferes, Simon le colombien rencontre a Bangkok,et Benedicte rencontree en Chine qui a du rentrer du Japon depuis et est censee repartir en Australie...

lundi 19 février 2007

I Gotta Get Outta Here

Ola Boys and Girls,

Je suis de retour dans ma chere Bangkok, ville que j'apprecie toujours autant, etant sorti avec bonheur du Cambodge il y a environ une semaine (le titre de ce post reflete bien mon etat d'esprit). Soit dit en passant, j'en ai profite pour extirper une photo du lac de Phnom Penh au bord duquel se trouvait ma guesthouse. Celui-ci est en fait une veritable decharge, sur laquelle les cambodgiens font tout de meme pousser des legumes (les trucs vert dans le fond), avec des bidonvilles comme decor de fond.
Phnom Penh

J'en etais donc reste a Kampot, juste avant de partir vers Siem Reap ou se trouve Angkor Wat. Le trajet s'est deroule sans encombre (12h de bus), et j'ai fini par trouver tant bien que mal une guesthouse quelque part dans la ville. De maniere assez etrange, Siem Reap m'a fait penser a Cuzco au Perou : une ville extremement prospere, dans laquelle tout tourne autour du musee geant que sont les ruines locales. Le bonhomme qui m'avait conduit a la guesthouse m'a alors propose d'officier comme chauffeur/guide le lendemain pour aller visiter les temples d'Angkor - il faut bien voir que lesdits temples sont etales sur une surface plutot importante donc ca ne se fait pas a pied -, ce que j'ai accepte. Il arrive donc le lendemain matin, et m'explique que non ce n'est pas lui mais quelqu'un d'autres qui va faire son boulot. Je lui reponds legerement enerve - j'ai fini par me lasser de la malhonnetete systematique des gens vis-a-vis des touristes, entre correction des prix des billets de bus au tippex et autres 'je te paie tres bien mais tu me demandes ma chemise (au sens propre) en plus pour le mariage de ton cousin (veridique!) faut pas pousser'- que non, c'est lui que je veux, qu'un deal est un deal, et j'annule donc la transaction. Je marche tranquillement, tombe sur un bonhomme a moto qui me propose de m'emmener, arrive a me faire croire qu'il parle anglais et qu'il connait les temples (il ne connaissait ni l'un ni l'autre), et c'est parti.

Les multiples temples d'Angkor valent effectivement le detour, et le site dans son ensemble est tres different de Bagan en Birmanie : peu de temples (du moins par rapport a Bagan), tres gros, et relativement isoles.
Angkor Thom
Un des temples, Tha Phrom, est assez rigolo tout betement parce que la vegetation a continue a croitre tout autour, et qu'il y a des Monstroplantes (special dedicace JayCe) attachees au temple, dans le plus pur style Indiana Jones/Tomb Raider.
Tomb Raider
Les Monstroplantes
Le plus connu de tous reste en tout cas Angkor Wat, avec ses gardiens a l'entree (desole pour le cadrage vraiment aberrant), ses touristes, et son ciel pollue.
Angkor Wat
Angkor Wat and the tourists
Angkor Wat

Au retour, je tente de donner les 6 dollars promis a mon chauffeur. Il me montre alors le reservoir d'essence et m'explique que je dois payer un dollar en plus. Je lui reponds que non, le prix c'est le prix et lui tends les billets, qu'il refuse en me disant que le prix est passe a 7 a cause de l'essence et refuse de bouger. De guerre lasse je lui donne son dollar supplementaire, puis pars acheter un billet de bus pour la Thailande, decidant que non, je ne pourrai pas rester un jour de plus dans ce foutu pays.
Il est en effet arrive ce que je n'attendais pas : je n'aime pas du tout le Cambodge. C'est pour ca que je n'ai quasiment aucune photo et que je vais eviter de trop en parler sinon je vais m'enerver. L'escroquerie permanente des touristes par les locaux m'agace profondement, le fait que meme lorsqu'on paie tres bien ils demandent encore plus et de maniere generale l'impression d'avoir ete mal traite ont eu raison de moi. Meme la langue locale, le khmer - non tonale ce qui n'est pas courant dans le coin, et structurellement similaire aux langues voisines - ne m'a pas particulierement inspire... Certes, le Cambodge est un pays pauvre, mais pas plus que le Laos ou la Birmanie, et la ou dans ces deux derniers pays tout se passe bien, au Cambodge c'est l'exact contraire. Un sondage (sans remise, aie, ne tapez pas, je suis un stateux j'y peux rien) rapide semble indiquer que la moitie des voyageurs ont des problemes -les memes que les miens- et ne veulent plus jamais y remettre les pieds, l'autre moitie trouve le pays genial. Chacun son truc.

Je me suis donc enfui pour Bangkok sur les pistes cambodgiennes,
Cambodian roads
qui se sont metamorphosees en route a la frontiere. Je suis depuis l'heureux possesseur d'un visa indien, d'un billet d'avion Kuala Lumpur - Chennai (difficile a obtenir celui la), et d'un rhume attrappe avec l'air conditionne du bus qui m'a empeche de faire de la plongee (sinus bouches) et m'a coince dans mon hamac a lire des bouquins face a la mer sur la tranquille ile de Koh Tao (pour les connaisseurs, ca ressemblait bigrement a Monkey Island). Demain, direction le sud de la Thailande, pour arriver enfin en Malaisie!

vendredi 9 février 2007

Kampot, Cambodge (et aussi la fin du Laos)

Ola boys and girls,

Ca faisait un bout de temps que je n'avais pas donne de nouvelles, il est temps de rattrapper le temps perdu. Pour faire court : je suis actuellement a Kampot, au Cambodge, apres etre sorti du Laos a regret (visa au bord de l'expiration) il y a une dizaine de jours et j'ai passe l'essentiel de la fin du Laos et du Cambodge avec deux charmantes anglaises nommees Kat et Estela, rencontrees a Pakse - ville qui a suivi Vientiane, au Laos. Il est donc l'heure du long flashback sur ces deux dernieres semaines (ou plus d'ailleurs, le Laos est une vraie warp-zone temporelle -speciale dedicace aux joueurs de supermariobros).

Apres Vientiane, je suis donc parti pour Pakse dans un bus VIP (comprendre bus non local) rose fluo nomme 'king of bus' avec des decorations discos sorties tout droit des annees 70 a l'interieur particulierement funky. Le bus s'est avere moyennement confortable, mais la clim tolerable (ou comment attrapper la mort dans un pays tropical), et le trajet finalement sans encombre. Une fois arrive a Pakse, direction les chutes d'eau locales (oui Shrek, ca fait restau chinois, mais la j'ai un arc en ciel en bonus) plutot mignonnes, que j'aurais aime voir en saison humide. L'ensemble du coin est franchement joli, mais pas non plus exceptionnel.
Waterfall with rainbow

La majorite des gens utilisent Pakse comme base pour un day-trip a Champasak, ou se situe un des plus importants temples bouddhistes du pays. En bonus, il y avait un festival qui durait dix jours, je me suis donc dit que ca pourrait etre sympa. Le hic, c'est qu'il faut louer une moto, et que je ne sais pas comment ca se conduit. J'ai neanmoins pris mon courage a 17 mains, suis alle au magasin, et demande a louer une 'bike' (ca s'appelle comme ca, parce que motorbike), ils me l'ont donne, et je leur ai demande comment ca se conduisait. La dame : 'You've never ridden a bike before?' moi : 'ummm... not really.' elle : 'Oh my god!'. Le bonhomme d'a cote a ensuite passe 5 minutes avec moi a m'expliquer, et je lui ai rendu la moto ayant decide que mourir apres quatre mois de voyage etait une tres mauvaise idee. Je me suis donc rendu le lendemain a Champasak mais en bus cette fois!
Champasak etait plutot agreable, le temple peu interessant, mais le festival rigolo comme tout. En particulier, il y avait des tournois d'un sport assez populaire en asie du sud-est qui se joue sur un terrain de volley (ou de badminton suivant le niveau), en suivant les regles du volley-ball a un leger detail pres qui est que ca se joue avec les pieds. Inutile de preciser que c'est extremement spectaculaire (smasher avec un pied c'est sportif et ils balancent des coups de pied sautes dans tous les sens), et que je vais essayer de me trouver un match entre pros en Malaisie. Aussi, le bonhomme sur la photo est en train de servir.

Tout ca n'etait guere surprenant au final : on vient au Laos pour l'ambiance meta-tranquille, pas pour faire un gigantesque tour culturel du pays. Ledit pays est tres peu developpe, et la grande majorite de la population vit de sa production de riz/cereales/legumes. Peu importe, c'est tout de meme tres agreable, et j'ai donc mis le cap sur les 4000 iles, gros tas d'iles plantees au milieu du Mekong. Le trajet depuis Champasak etait marrant, accroche au dos d'un pick-up dans le plus style Birmanie (je reutilise la photo sans vergogne):
Local Transport
Je me fais dropper au milieu de nulle part, je verifie que je suis bien a Don Khong ('Don Khong?' et le type agite la tete dans tous les sens puis pointe dans une direction) puis je me dirige vers la riviere ou je suis cense prendre le ferry pour l'ile parce qu'en fait je n'y suis pas tout a fait. Trois laos passablement endormis sous un arbre me regardent arriver, l'un d'entre eux debarque et me propose 70000kips (7 dollars) pour les 5 minutes de traversee. Je lui dis non, je m'assied sous l'arbre, commence a lire ma bible ('SouthEast Asia on a Shoestring'), et un autre bonhomme debarque avec un vrai prix. Je traverse, et la tout devient encore plus zen. Apres deux jours de conversations diverses jusqu'a point d'heure et une apres-midi de velo autour de l'ile - et moult maledictions proferees a l'encontre des coqs qui se mettent a chanter sous votre fenetre a 2h,3h, 4h, 5h du mat -, direction la version extreme de tout ca, a savoir le paradis sur terre nomme Don Det.

Pas d'electricite (hors generateurs), vaguement le net (trop cher et trop lent), le mekong et les bateaux de peches, et des hamacs, autant dire que c'etait nickel. La famille qui gerait la guesthouse etait completement dingue mais tres amusante, et avait decide que les touristes de passage faisaient d'excellents babysitters pour leur fils de 4 mois nomme Bo.
Les quatre jours (?) se sont donc deroules parfaitement bien, a ne rien faire sauf a parler a la lueur des chandelles en tapant les B52s locaux (il y en avait toute une collection et leurs piqures demangent) tout en buvant l'excellente BeerLao et en profitant des levers et couchers de soleil sur le Mekong tout a fait somptueux. Note : les photos sont affreuses, mal cadrees, et beaucoup trop sombres mais c'est mieux que rien. Si je trouve sur un soft de traitement d'image dans un cybercafe je ferai les corrections necessaires.
Evenings in Don Det
Sunrise over Don Det
Sunrise over Don Det
Sunset Over Don Det
Sunset Over Don Det

Apres cette semaine (Don Kong + Don Det) parfaitement epuisante, nous sommes repartis en direction du Cambodge apres avoir assiste a un dernier lever de soleil. La frontiere etait typiquement cambodgienne : ils voulaient un dollar 'for the service' qui allait evidemment directement dans leur poche. N'ayant pas l'intention de payer le dollar,je leur ai demande un recu, qu'ils n'ont pas voulu me donner. D'autres voyageurs se sont contentes d'un 'here is your corrupt dollar'. C'est que ces nains savent qu'ils ont une clientele captive... Les Laos de l'autre cote (on quitte le Laos d'abord puis on rentre au Cambodge ensuite, tout ca au milieu de la foret, c'est completement delirant, et je raconte tout a l'envers) ayant trouve que c'etait quand meme une bonne idee, ont fait la meme chose. Ils me demandent donc un dollar, que je refuse de payer. Ils laissent donc mon passeport sur la table, et tamponnent le passeport des autres voyageurs prets a payer un dollar. Arrive Estela, qui leur fait un grand sourire et leur dit qu'elle n'a pas d'argent. Apres quelques secondes de lent debat interieur (on est au Laos), le douanier se fait pousser du coude par son voisin et tamponne. Je lui demande pourquoi il a tamponne son passeport et ne veut pas faire le mien, ce a quoi il me repond 'I did not stamp her passport'. J'aime la corruption.

Nous avons fini par arriver a Stung Treng au nord du Cambodge, qui a donne la tonalite pour le reste du pays, a savoir 'detruit par la guerre civile', pour repartir pour Kratie ou on etait cense (en fait ca a marche) voir les dauphins d'eau douce qu'il y a dans le Mekong (j'ai quelques photos d'ailerons si ca interesse quelqu'un). Le trajet s'est en fait revele plus interessant que Kratie elle-meme, puisqu'on a ete arrete a mi-parcours par des helicopteres delicatement poses en travers de la route pour proteger la femme du president qui venait visiter une ecole au milieu de nulle part. Comme on n'avait rien a faire, on est sorti du bus, et on a commence a discuter avec un moine qui voulait pratiquer son anglais (tous les cambodgiens semblent parler anglais, c'est hallucinant), m'a parle des merites compares du Pali et du Sanskrit et nous a emmene manger dans le restau local (Pao : c'etait comme les tea houses en Birmanie sur le bord de la route) avant de nous presenter sa grand-mere. J'ai dit un truc sur la Birmanie a un moment d'ailleurs, et il a decide que j'etais birman. Je n'ai pas vraiment reussi (je crois) a l'en dissuader...

Apres Kratie, direction Phnom Penh, sympathique ville massivement polluee pour aller visiter S21 (l'ecole transformee en prison dans laquelle des milliers de cambodgiens ont ete massacres) et les 'killing fields', ancien charniers geants. C'est assez terrifiant : grosso-modo 15% de la population cambodgienne sont morts pendant la guerre (ou la famine qui a suivi), et a peu pres tout le monde a perdu une partie de sa famille. Mon chauffeur de tuktuk m'a balance de but en blanc lorsque je suis sorti du musee qu'il avait perdu sa mere et son pere pendant la guerre.

Apres Phnom Penh, direction Kompot, ville aux gens adorables (si on est perdu ils proposent de monter sur leur moto en disant 'I'll give you a lift' ), et la Bokor Hill Station, ancienne station de montagne desaffectee parce que les khmers rouges s'y sont installes jusqu'en 1998. C'est tres tres bizarre, presque science-fictionnesque (pas de photo), et on peut tout de meme passer la nuit en haut (recommande) apres avoir fait un trajet en moto (avec chauffeur) sur des routes parfaitement immondes qui detruisent le dos. J'en ai profite pour rencontrer Greg (anglais qui bossait avant pour l'OMS) et Lex (anglais voyageur au long cours) au sommet, et Greg m'a parle de la corruption endemique au Cambodge. Apparemment, seulement 20% des fonds alloues au Cambodge par l'OMS servent vraiment, le reste part directement dans la poche des officiels.

Quelques particularites du pays sinon : on paie en dollars partout (et ne prennent que des billets neufs ou propres) ou sinon en riels, et on peut acheter des cigarettes Alain Delon qui est manifestement une superstar sur place. Demain, je pars pour Siem Reap et Angkor Wat...